DOCUMENT FRANCE 2. "Au moins, qu'on ramène les enfants" : une Française qui a rejoint l'Etat islamique en Syrie témoigne

La jeune femme de 27 ans, faite prisonnière à Raqqa, a passé quatre ans dans les rangs des jihadistes.

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"On n'a pas voulu tout ça, assure Margaux. On a pensé rejoindre un certain modèle. Et on nous a présenté que des mensonges. On a été trompé." Arnaud Comte et Stéphane Guillemot pour France 2, ainsi que leur traducteur sur place Massoud Hamid, ont pu rencontrer cette Française de 27 ans, quelque part dans le nord-est de la Syrie. Convertie à l'islam depuis ses 18 ans, Margaux a rejoint l'Etat islamique et a passé quatre années dans les rangs des jihadistes. Elle assure qu'elle le regrette.

"Moi, je peux assumer"

La jeune femme, originaire de Nantes, a notamment vécu à Raqqa, l'ancien bastion syrien de l'organisation terroriste. C'est là qu'elle a été arrêtée aux dernières heures de la bataille menée par l'alliance arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes. La jeune femme est aujourd'hui détenue par les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie. 

Margaux est mère de trois enfants, deux filles et un garçon âgés de 6 ans, 3 ans et 5 mois. Les deux derniers sont nés à Raqqa. La jeune femme en appelle aux autorités françaises pour qu'ils soient rapatriés en France. "Si on veut me faire porter la culpabilité, moi, je peux assumer, mais les enfants eux ne peuvent pas le supporter, explique-t-elle. Si on ne peut pas me rapatrier, au moins, qu'on ramène les enfants." Car, ajoute-t-elle, "c'est ça qu'il y a de plus difficile, (...) voir ses enfants souffrir."

Au moins 1 700 Français chez les jihadistes

Sous le joug de l'Etat islamique, Margaux a eu quatre maris successifs. Trois sont morts. Elle assure n'avoir jamais combattu. Elle dit avoir tenté une fois de s'échapper. En Syrie, elle risque désormais la peine de mort. En France, elle a été condamnée en son absence à deux ans de prison pour être partie en Syrie. Aller en prison, "je me suis préparée depuis longtemps à ça", affirme-t-elle. 

Selon le gouvernement français, environ 1 700 Français sont partis rejoindre les zones jihadistes irako-syriennes depuis 2014. Sur ce total, 278 sont morts – un chiffre qu'il admet être sous-évalué – et 302 sont revenus en France à ce jour : 178 hommes (dont 120 écroués), 66 femmes (dont 14 ont été écrouées) et 58 mineurs, la plupart de moins de 12 ans. Les autres ont été capturés en Syrie ou Irak, tués dans les combats ou ont fui vers les derniers territoires tenus par l'organisation terroriste Etat islamique ou d'autres foyers jihadistes, en Libye notamment.

L'Etat embarrassé par ses "revenants"

Dans une France toujours marquée du souvenir des sanglants attentats de 2015, en partie perpétrés par des "revenants" de Syrie, le gouvernement redouble de prudence. Le sort des Français arrêtés dans les zones de conflits dépend du pays, a précisé la ministre des Armées, Florence Parly. S'ils se trouvent en Irak, les adultes peuvent être jugés sur place et le sort des enfants "est étudié au cas par cas", en tenant compte de la volonté des parents. 

La situation est moins claire pour la Syrie, où "si des ressortissants français" y "sont entre les mains de différentes autorités, un signalement est fait auprès du Comité international de la Croix-Rouge", a expliqué la ministre. Sans donner plus de précision sur le sort final des personnes concernées, adultes ou enfants.

Margot, Française ayant rejoint le groupe Etat islamique, détenue par les forces kurdes en Syrie après avoir été capturée à Raqqa.
Margot, Française ayant rejoint le groupe Etat islamique, détenue par les forces kurdes en Syrie après avoir été capturée à Raqqa. (FRANCE 2)