Jihadisme : La Réunion n’est pas épargnée

Après l’arrestation d’un homme soupçonné de radicalisation à La Réunion ce jeudi 27 avril, la journaliste Nadia Tayama rappelle que l’île n’est pas épargnée par ce phénomène.

France 3

La Réunion est elle aussi touchée par la radicalisation, explique la journaliste de Réunion 1ère, Nadia Tayama. "Jusqu’à 200 signalements de cas de radicalisation soupçonnée ont été répertoriés à La Réunion, ainsi qu’une cinquantaine de fichés S. En juin dernier, une filière jihadiste a été démantelée à Saint-Denis-de-la-Réunion. Un Égyptien, prédicateur salafiste présumé, aurait convaincu six jeunes Réunionnais d’aller faire le jihad en Syrie", précise la journaliste.

Surveillance accrue

Nadia Tayama poursuit et explique que la surveillance est de plus en plus importante. "Depuis les attentats de Charlie hebdo, les individus faisant l’apologie du terrorisme sont surveillés de très près par les autorités locales, notamment dans les prisons. Selon un rapport de l’Assemblée nationale, la Réunion se classe au 23e rang des 101 départements français suivis pour des filières jihadistes".

Le JT
Les autres sujets du JT
Un homme consulte un site jihadiste (Photo d\'illustration).
Un homme consulte un site jihadiste (Photo d'illustration). (FABRICE ANTERION / MAXPPP)