Comment du sucre picard a permis au groupe Etat islamique de lancer des roquettes

Du sorbitol français a été découvert en Irak, dans des stocks de munitions du groupe Etat islamique. Le "Journal du Dimanche" a mené une enquête pour remonter la filière de ce substitut de sucre, qui peut être transformé en propulseur quand il est mélangé à du nitrate de potassium.

Le CAR a obtenu plusieurs documents attestant la présence de sucre français dans des dépôts de munitions du groupe Etat islamique. L\'agence avait publié un rapport en décembre 2016 avec ces photographies.
Le CAR a obtenu plusieurs documents attestant la présence de sucre français dans des dépôts de munitions du groupe Etat islamique. L'agence avait publié un rapport en décembre 2016 avec ces photographies. (CONFLICT ARMAMENT RESEARCH)

Des tonnes de sucre fabriqué en Picardie ont atterri en Irak, dans des dépôts de munition du groupe Etat islamique. Et cela n'a rien d'anodin. Ce sucre a en effet permis aux jihadistes de fabriquer des propulseurs d'armements, révèle une enquête du Journal du Dimanche, dimanche 10 décembre. 

En temps normal, les cristaux blancs de sorbitol entrent dans la composition d'inoffensifs chewing-gums. Mais une fois mélangés à du nitrate de potassium, ils se transforment en carburant pour les lanceurs spatiaux, les missiles de moyenne portée et les roquettes. Il faut environ 1,2 kg de ce produit pour tirer un engin à plusieurs centaines de mètres, explique l'hebdomadaire.

Du sucre picard transformé en propulseur

"Pour se procurer du matériel sans attirer l'attention, l'un des moyens est de parasiter les flux de marchandises alimentaires, explique Guillaume Dasquié, auteur de l'enquête, contacté par franceinfo. Au total, 78 tonnes de sorbitol ont été retrouvées dans des stocks de l'Etat islamique par l'agence Conflict Armament Research (CAR), chargée par l'Union européenne de répertorier les armes du groupe terroriste pour en prévenir la circulation.

Les premiers sacs de sorbitol ont été découverts en novembre 2016, dans une cache située près de Mossoul. Les derniers en date ont été signalés en septembre dernier à Tal Afar, près de la frontière syrienne. Les documents fournis par cette agence montrent des sacs de sorbitol floqués du logo de Tereos, un groupe alimentaire, et mentionnent même l'adresse du site de production, situé en Picardie.

Les sacs saisis en Irak ont bien été produits dans une de nos usines, et vendus à un de nos clients historiques en Turquie. Nous n'aurions pas pu imaginer qu'un produit aussi courant, utilisé pour fabriquer des chewing-gums ou du dentifrice, aurait fini dans cette région pour être utilisé par Daech.Gérard Benedetti, directeur de la communication de Tereosau "Journal du Dimanche"

Un négociant turc envoie le sorbitol en Syrie

Le Journal du Dimanche est parvenu à remonter la filière de vente jusqu'en Syrie, grâce aux numéros de série des sacs. La cargaison est partie à Anvers (Belgique), en mai 2015, avant d'être expédiée par la mer à Gebze (Turquie), dans le cadre d'une commande réalisée par le groupe turc Sinerji. Un négociant turc, Tahir Toprak, a ensuite acheté ce sorbitol avant de l'expédier à Gaziantep, une ville turque frontalière avec la Syrie. Contactée par le JDD, l'Armée syrienne libre accuse cet homme d'opérer en contrebande pour le compte du groupe Etat islamique.

Le CAR a obtenu plusieurs documents attestant la présence de sucre français dans des dépôts de munitions du groupe Etat islamique. L\'agence avait publié un rapport en décembre 2016 avec ces photographies.
Le CAR a obtenu plusieurs documents attestant la présence de sucre français dans des dépôts de munitions du groupe Etat islamique. L'agence avait publié un rapport en décembre 2016 avec ces photographies. (CONFLICT ARMAMENT RESEARCH)

Le sorbitol ne figure pas dans la liste des produits sous embargo. Deux cargaisons de 38 et 40 tonnes sont entrées en Syrie via le poste-frontière d'Oncupinar, en septembre et décembre 2015, sans alerter les policiers turcs. Un commerçant syrien, Jouma S., réceptionne la marchandise à Al-Abab, tout près d'Alep. C'est ici que l'hebdomadaire perd la trace du sorbitol, livré aux terroristes via des routes contrôlées par l'organisation jihadiste. Des sacs de sucre découverts par le CAR ont également été produits en Turquie, au Liban ou aux Emirats arabes unis. Du nitrate de potassium, nécessaire à la production du carburant, est arrivé de Lettonie et de Turquie, précise le rapport de décembre 2016.

Une organisation comme Daech se fournit sur toutes les routes de la mondialisation et cherche à exploiter le plus discrètement du monde la manière dont fonctionnent nos échanges. C'est plus efficace que d'utiliser des filières clandestines, plus sujettes à attirer l'attention des services de police et de renseignement.Guillaume Dasquié, auteur de l'enquête dans le "JDD"à franceinfo

Graisse, ciment, pâte d'aluminium... Le CAR mentionne la présence de nombreux autres produits dans les stocks de munitions du groupe terroriste, ce qui pose la question des réseaux dont ont bénéficié les jihadistes. Le parquet national antiterroriste explique au JDD qu'il n'a jamais ouvert d'enquête dans ce dossier de sorbitol picard retrouvé en Irak. Les cadres de Tereos, eux, ajoutent qu'ils n'ont jamais été sensibilisés par les services français à cette question des usages détournés de leurs produits. Encore fallait-il prendre au sérieux les propriétés militaires du sucre.