Australie : ce que l'on sait de l'attaque terroriste qui a fait un mort à Melbourne

Après avoir incendié son véhicule, un homme a agressé des passants et des policiers à l'arme blanche, vendredi, en plein centre de la deuxième plus grande ville du pays.

Un véhicule brûlé, sur la scène d\'une attaque considérée comme terroriste, à Melbourne (Australie), le 9 novembre 2018.
Un véhicule brûlé, sur la scène d'une attaque considérée comme terroriste, à Melbourne (Australie), le 9 novembre 2018. (WILLIAM WEST / AFP)

Les vidéos de la scène montrent un pick-up en feu et une attaque violente à l'arme blanche. Un homme a tué une personne et en a blessé deux autres, vendredi 9 novembre, en plein cœur de Melbourne (Australie). Après avoir, dans un premier temps, déclaré ne pas avoir d'informations sur les motivations de l'assaillant, les autorités ont affirmé qu'il s'agissait "d'un événement terroriste", selon Graham Ashton, patron de la police de l'Etat de Victoria. Le groupe jihadiste Etat islamique a revendiqué l'attaque, dans un communiqué diffusé par son organe de propagande, Amaq, sans toutefois apporter la moindre preuve de son implication.

Que s'est-il passé ?

Le déroulement des événements n'est pas encore précisément établi. Selon la police, "un 4x4 Ute (constructeur automobile australien) s'est engagé dans Bourke Street"le quartier d'affaires de Melbourne, alors que les gens commençaient à quitter le travail pour le week-end, vendredi peu après 16 heures.

"Un homme se trouvait dans le véhicule", selon Graham Ashton. "Le feu a pris et il est sorti du véhicule", précise le chef de la police de l'Etat de Victoria. "Nous essayons toujours de déterminer si le véhicule a pris feu avant ou après que le conducteur est sorti". Selon la police, le pick-up était chargé de bouteilles de gaz, qui n'ont pas explosé. Alertée au sujet de l'incendie, "la police a rapidement répondu", a déclaré le commissaire David Clayton. "Quand les policiers sont sortis de leur voiture, ils ont été confrontés à un homme qui les menaçait avec un couteau", a-t-il poursuivi. "Dans le même temps, des passants ont averti que des civils avaient été poignardés", a précisé le commissaire.

Un passant a essayé de le faire reculer avec un chariot de supermarché, alors que deux policiers tentaient de le maîtriser, en recevant des coups. Ce qui semble avoir permis à un autre officier de police de dégainer son arme et de tirer sur l'assaillant, touché à la poitrine et mort à l'hôpital.

Que sait-on des victimes ?

L'assaillant a réussi à poignarder trois hommes, avant d'être touché. Une victime est morte à l'hôpital et les deux autres sont soignées pour des blessures. L'un des blessés est un homme d'affaires de 58 ans, Rodney Patterson, originaire de Tasmanie, selon le Premier ministre de cette île au sud de l'Australie.

L'identité des deux autres victimes n'est pas encore connue.

Que sait-on de l'assaillant ?

L'homme est âgé de 31 ans et connu "de la police de Victoria et des services de renseignement", mais son identité n'a pas été rendue publique. La police de l'Etat de Victoria a, dans un premier temps, indiqué que le suspect, originaire de Somalie, n'avait pas de liens connus avec un mouvement extrémiste. Mais après la découverte de bonbonnes de gaz dans la voiture en feu, la police a finalement annoncé qu'elle considérait l'attaque comme "terroriste".

Le groupe Etat islamique a revendiqué l'attaque, affirmant que "l'auteur de l'opération (...) à Melbourne (...) était un combattant de l'Etat islamique" qui avait "mené l'opération en réponse à des appels à cibler des ressortissants des pays membres de la coalition" internationale anti-jihadistes dirigée par les Etats-Unis, a indiqué Amaq.