Attaques terroristes dans l'Aude : la garde à vue des deux proches de Radouane Lakdim prolongée

La garde à vue des deux proches du présumé terroriste Radouane Lakdim a été prolongée dimanche 25 mars. Ces derniers ont commencé à parler.

La gendarmerie de Carcassonne, le 24 mars, où les habitants viennent rendre hommage au lieutenant-colonel Beltrame.
La gendarmerie de Carcassonne, le 24 mars, où les habitants viennent rendre hommage au lieutenant-colonel Beltrame. (MAXPPP)

La garde à vue des deux proches de Radouane Lakdim interpellés après les attaques terroristes dans l'Aude a été prolongée ce dimanche 25 mars, a appris franceinfo de source judiciaire. 

Un mineur de 17 ans, présenté comme ami de Radouane Lakdim, a été interpellé dans la nuit de vendredi à samedi. Vendredi soir, une première personne proche de Radouane Lakdim, "qui partageait sa vie", avait déjà été placée en garde à vue, avait indiqué le procureur de la République de Paris, François Molins. Les deux gardés à vue n'ont pas fait valoir leur droit au silence et parlent durant cette garde à vue qui peut durer jusqu'à 96 heures.

Radouane Lakdim a-t-il bénéficié de complicité ?

Radouane Lakdim a tué 4 personnes et fait une quinzaine de blessés le 23 mars dernier dans l'Aude. Ce dernier était fiché S. Lors de la perquisition réalisée le 23 mars, quelques heures après son passage à l'acte,les enquêteurs ont trouvé des notes manuscrites chez Radouane Lakdim. Le texte est confus et fait allusion à l'État, un semblant de testament. Âgé de 25 ans, le terroriste Radouane Lakdim vivait avec ses parents et ses sœurs dans un quartier populaire du sud-est de Carcassonne (Aude) depuis son enfance. L'enquête devra tenter de comprendre comment l'homme a pu se fournir une arme et passer à l'acte.