DIRECT. Le président iranien salue l'accord et affirme que son pays ne se dotera jamais de la bombe

L'annonce d'un accord intervient au terme de vingt-et-un mois de négociations et d'un round final de plus de dix-sept jours de discussions acharnées pour solder un dossier qui empoisonne les relations internationales depuis douze ans.

Le président iranien, Hassan Rohani, le 10 juillet 2015, à Téhéran (Iran).
Le président iranien, Hassan Rohani, le 10 juillet 2015, à Téhéran (Iran). ( AFP )
Ce qu'il faut savoir

Le président iranien, Hassan Rohani, s'est félicité, mardi 14 juillet, lors d'une intervention télévisée en direct, de l'accord conclu, à Vienne (Autriche), par son pays avec les grandes puissances sur le programme nucléaire iranien. Il a aussi assuré que l'Iran ne chercherait "jamais" à se doter de l'arme atomique. 

Un accord conclu de haute lutte. L'accord a été trouvé entre Téhéran et six grandes puissances (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) au terme de vingt-et-un mois de négociations et d'un round final de plus de dix-sept jours de discussions acharnées à Vienne. Le dossier empoisonne les relations internationales depuis douze ans.

Des sanctions bientôt levées ? L'accord prévoit une possible levée des sanctions contre l'Iran à partir de début 2016, mais envisage de les rétablir en cas de violation par la République islamique de ses engagements, selon un diplomate français.

Un accord très attendu. Depuis le week-end, tous les acteurs assuraient que l'accord était quasi bouclé mais que des "décisions politiques" restaient nécessaires. Il était initialement prévu pour le 30 juin, mais cette date a été repoussée à plusieurs reprises en raison de l'importance des enjeux.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #IRAN

23h30 : Nuit de fête à Téhéran. Plusieurs centaines d'Iraniens sont descendus dans les rues de la capitale pour célébrer l'accord sur le nucléaire conclu plus tôt à Vienne entre leur pays et les grandes puissances.




(ATTA KENARE / AFP)

20h57 : Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a salué ce soir "les honnêtes et durs efforts" de ses négociateurs, qui sont parvenus à conclure un accord sur le nucléaire avec les grandes puissances.

20h25 : La Russie apparaît très optimiste après la signature de l'accord sur le programme nucléaire iranien. Pour le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, cet accord "lève les obstacles, largement artificiels, à la constitution d'une large coalition pour combattre l'Etat islamique et d'autres groupes terroristes".

20h04 : Les Iraniens sont descendus dans les rues de Téhéran pour célébrer l'accord sur le nucléaire conclu à Vienne.

19h56 : "L'accord ne diminuera pas nos inquiétudes concernant le soutien iranien au terrorisme et les menaces contre Israël."

Barack Obama a tenté de rassurer Benyamin Nétanyahou, après l'accord signé ce matin, avec l'Iran. Washington enverra son ministre de la Défense en Israël la semaine prochaine.

19h06 : "La méfiance entre les Etats-Unis et l'Iran n'a pas disparu. Les Iraniens vont mettre du temps à faire confiance à la politique étrangère américaine et le vote de l'accord sur le nucléaire au Congrès ne s'annonce pas gagné d'avance."

Le chercheur Milad Jokar analyse les conséquences de l'accord historique sur le nucléaire iranien, pour francetv info. Selon lui, "on peut déjà parler de détente, mais pas encore de rapprochement".

17h52 : Paris veut se voir en gendarme bienveillant sur le dossier iranien. La France et ses partenaires veilleront "de bonne foi et avec rigueur" au respect de l'accord conclu sur le nucléaire iranien, annonce l'Elysée dans un communiqué, jugeant "primordial" que l'Iran "puisse maintenant devenir un acteur responsable de la stabilité" au Moyen-Orient.

16h32 : Benyamin Nétanyahou ne digère pas l'accord conclu entre l'Iran et les grandes puissances ce matin. Après l'avoir qualifié "d'erreur historique", il vient d'indiquer qu'"Israël n'était pas lié" par le texte, et que le pays saura "se défendre" au besoin. Barack Obama doit appeler le Premier ministre israélien dans les prochaines heures.

15h34 : "Aujourd'hui, après deux ans de négociations, les Etats-Unis et leurs partenaires internationaux ont accompli quelque chose d'inédit après des décennies d'animosité", s'est félicité Barack Obama, après la signature de l'accord sur le nucléaire iranien.

(AP)

13h49 : L'accord nucléaire est "un point de départ" pour rétablir la confiance, estime le président iranien, Hassan Rohani.

13h46 : Bachar Al-Assad félicite son allié iranien pour l'accord sur le nucléaire conclu avec les grandes puissances. Le président syrien estime qu'il s'agit d'un "grand tournant dans l'histoire de l'Iran, la région et le monde", rapporte l'agence officielle Sana.

13h39 : Pour Hassan Rohani, cet accord est une victoire, puisqu'il "protège le programme nucléaire" iranien, et annule "les sanctions illégales" de l'ONU. Le président iranien estime que "tous les objectifs sont atteints".

13h35 : "Dieu a exaucé les prières" du peuple iranien, annonce Hassan Rohani. Le président iranien s'exprime en ce moment en direct à la télévision iranienne après l'accord conclu sur l'encadrement du programme nucléaire et la levée des sanctions contre la République islamique.

13h13 : Signe que les choses changent à Téhéran, l'intervention de Barack Obama est retransmise sur la télévision publique iranienne. Les Iraniens ont ainsi pu entendre le président américain expliquer que l'accord conclu ce matin est fondé sur les vérifications de son application, et "pas sur la confiance".

13h09 : "Le moindre pas de l'Iran vers l'arme nucléaire annulera l'accord."

Après la conclusion d'un accord historique entre l'Iran et les grandes puissances, Barack Obama s'exprime actuellement depuis la Maison Blanche. Il indique que le texte démontre l'efficacité de la diplomatie.

12h49 : "Une erreur grave aux conséquences historiques". C'est en ces termes que Benyamin Nétanyahou, le Premier ministre israélien, qualifie l'accord conclu ce matin entre l'Iran et les grandes puissances sur le programme nucléaire de la République islamique. Voici les images.




(REUTERS)

12h30 : Le contenu de l'accord entre l'Iran et les puissances mondiales se précise. Vous trouverez plus de détails dans notre article, mais voici les principales mesures :



  • L'Iran a accepté un accès limité à ses sites nucléaires, et une enquête de l'Agence internationale de l'énergie atomique sur son programme nucléaire passé.
  • Les sanctions économiques contre l'Iran pourront être levée à partir de début 2016, mais être rétablies dans un délai de 65 jours en cas de rupture des termes de l'accord.
  • L'embargo sur les armes restera effectif pendant cinq ans.

11h57 : Il s'avance, et prononce les mots tant attendus depuis douze ans. Yukiya Amano, le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a annoncé avoir signé une "feuille de route" avec l'Iran.


(APTN)

11h58 : L'accord avec l'Iran est "suffisamment robuste, en tout cas pour une période de plus de dix ans".

Dans une interview au Monde, Laurent Fabius estime que la "ligne de fermeté constructive" de la France a permis d'aboutir à cet accord. Il prévient également que les grandes puissances seront "particulièrement vigilantes" à l'usage que fait l'Iran des fonds qu'elle récupérera avec la levée des sanctions internationales.

11h21 : "Je crois que cet accord est un moment historique", déclare le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, lors d'une conférence de presse. L'accord sur le programme nucléaire de Téhéran, conclu avec six grandes puissances mondiales, n'est "parfait pour personne", reconnaît-il, mais il le qualifie de solution "gagnant-gagnant" qui ouvre "un nouveau chapitre d'espoir". Les chefs de la diplomatie de l'Iran et des grandes puissances ont entamé leur réunion finale, qui doit officialiser l'accord.

10h59 : L'agence de presse iranienne IRNA se félicite de l'accord entre l'Iran et les six puissances mondiales sur le nucléaire. "Tous les sites nucléaires iraniens resteront opérationnels", et l'Iran "poursuivra l'enrichissement d'uranium" et la recherche sur les principales centrifugeuses, résume cette agence de presse nationale.

10h32 : Le président de l'Agence internationale de l'énergie atomique explique que cet organe de l'ONU a signé, avec l'Iran, une "feuille de route" qui autorise une enquête pour clarifier le rôle du programme nucléaire passé de Téhéran. En 2011, l'AIEA avait alerté sur sa possible "dimension militaire".

10h23 : L'Iran autorise une enquête sur son programme nucléaire passé, annonce l'Agence internationale de l'énergie atomique.

10h20 : Que contient l'accord avec Téhéran ? Si les sanctions économiques sont levées contre un encadrement des activités atomiques iraniennes, l'embargo des Nations unies sur les importations d'armes par Téhéran sera maintenu pendant cinq ans et celui qui vise les missiles pendant huit ans.

Le texte prévoit également une restauration des sanctions économiques visant la République islamique dans un délai de soixante-cinq jours si elle ne se conforme pas aux termes de l'accord, rapporte Reuters.

10h19 : "C'est une erreur grave aux conséquences historiques", a réagi Benyamin Nétanyahou à l'annonce de l'accord entre l'Iran et les grandes puissances, sur le programme nucléaire de la République islamique. Israël fera tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher le texte d'être ratifié, a déclaré le Premier ministre israélien, qui voit l'Iran comme une menace pour son pays.

09h26 : Selon un journaliste du Guardian, le sentiment de victoire n'est pas partagé par l'ensemble des forces iraniennes. Citant le premier président de la République islamique d'Iran, il explique que la frange la plus radicale considère cet accord comme une défaite.

09h23 : Un "accord-cadre" avait été trouvé en avril sur un encadrement du programme nucléaire iranien, mais les modalités précises de cet encadrement restaient à définir.

09h35 : Le texte adopté aujourd'hui permet, toujours selon Reuters, une restauration des sanctions économiques sur l'Iran dans un délai de soixante-cinq jours, si le pays ne se conforme pas aux termes de l'accord. L'embargo sur les armes resterait en place pour les cinq prochaines années, huit ans pour l'embargo sur les missiles.

09h20 : Selon Reuters, l'accord prévoit l'autorisation pour les inspecteurs de l'AIEA de visiter les sites nucléaires iraniens, y compris les sites militaires. En revanche, cet accès sera réglementé et non sans entrave, comme le demandaient les occidentaux.

09h16 : "L'accord est conclu", a indiqué cette source à l'AFP, au terme de vingt et un mois de négociations et d'un round final de plus de dix-sept jours de négociations acharnées à Vienne, entre l'Iran et le groupe 5+1, qui réunit la Chine, les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, la Russie et l'Allemagne.

09h11 : Un accord entre l'Iran et les grandes puissances sur le nucléaire a été trouvé, selon une source diplomatique citée par l'AFP.

09h13 : Pour contrecarrer cet accord imminent entre l'Iran et les puissances mondiales, son principal opposant, le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a ouvert, hier, un compte Twitter en persan, @israelipm_farsi, pour "dire la vérité aux Iraniens".

09h07 : Après des diplomates iraniens, c'est une source occidentale qui confirme à Reuters qu'un accord a été trouvé, à Vienne, dans les négociations sur le nucléaire iranien, ce que confirme le journaliste du Guardian sur place. Rien d'officiel pour l'instant, mais une réunion "finale" doit avoir lieu à 10h30.

08h35 : "Il semble que la négociation se soit accélérée. (...) Je crois qu'on va y arriver."

Sur RTL, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a exprimé son optimisme sur les discussions entre l'Iran et les puissances mondiales sur le nucléaire. "Il faut cet accord à condition qu'il soit robuste et réversible", estime-t-il. Une réunion "finale" est prévue à 10h30 à Vienne, et deux diplomates iraniens ont déjà affirmé à Reuters qu'un accord avait été trouvé.

08h12 : Après l'accord sur la Grèce, hier, l'accord sur l'Iran est-il pour aujourd'hui ? Des diplomates de l'Union européenne annoncent une réunion plénière "finale" entre l'Iran et les grandes puissances à 10h30 (heure française), à Vienne, ce matin. Selon un diplomate iranien, un accord a déjà été trouvé.