Iran : Washington prépare "activement" des "alternatives" en cas d'échec des négociations sur le nucléaire

"Il sera bientôt trop tard, l'Iran n'est toujours pas engagé dans de vraies négociations", a déploré mardi le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, alors que les négociateurs sur le nucléaire iranien ont repris leurs échanges le 29 novembre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des représentants de l'Iran (à gauche) et du Royaume-Uni (à droite) participant à une réunion sur les négociations sur le nucléaire iranien, à Vienne (Autriche), le 3 décembre 2021.  (HANDOUT / EU DELEGATION IN VIENNA / AFP)

Les Etats-Unis préparent "activement" des "alternatives" à l'accord sur le nucléaire iranien avec leurs alliés en cas d'échec des négociations pour le sauver, a déclaré mardi 14 décembre le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken.

"Il sera bientôt trop tard, l'Iran n'est toujours pas engagé dans de vraies négociations", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Jakarta, reprenant à son compte le constat fait la veille par les Européens impliqués dans les négociations de Vienne avec Téhéran.

"Sans progrès rapides", "l'accord sur le nucléaire iranien deviendra une coquille vide", a-t-il ajouté, citant là-aussi les propos des négociateurs allemands, britanniques et français.

Les négociations ont repris fin novembre 

"Ce que nous voyons jusqu'ici, c'est que l'Iran perd un temps précieux en défendant des positions qui sont incompatibles avec un retour" à l'accord de 2015, a insisté le secrétaire d'Etat.

Les négociations indirectes entre l'Iran et les Etats-Unis, par l'intermédiaire notamment des Européens, ont repris fin novembre à Vienne pour tenter de ressusciter l'accord de 2015 censé empêcher la République islamique de se doter de la bombe atomique, devenu moribond à la suite du retrait unilatéral des Etats-Unis trois ans plus tard sous la présidence de Donald Trump.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Nucléaire iranien

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.