Iran-Israël : l’Etat hébreu cherche l’apaisement

Des roquettes attribuées à l’Iran ont été tirées depuis la Syrie vers Israël dans la nuit du mercredi 9 au jeudi 10 mai, entraînant une lourde réplique de l’Etat hébreu. Ce dernier cherche désormais l’apaisement, comme l’explique le journaliste de France 2 Maxime Perez, depuis le plateau du Golan.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Presque dans la foulée de l’annonce du retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, l’Iran et Israël se sont livrés à une escalade sans précédent. Des roquettes attribuées à l’Iran ont ainsi été tirées depuis la Syrie vers Israël dans la nuit du mercredi 9 au jeudi 10 mai. Si l’Etat hébreu a répliqué lourdement, il cherche désormais l’apaisement.

Un ultime message d’avertissement

C’est ce qu’explique le journaliste de France 2 Maxime Perez, depuis le plateau du Golan. "Le gouvernement israélien semble désormais vouloir calmer le jeu. Tout au long de la journée, plusieurs ministres du gouvernement se sont exprimés pour signifier que leur pays ne cherchait pas la guerre, mais plutôt à adresser un ultime message d'avertissement à l'Iran, dont les forces en Syrie sont perçues comme une menace ", explique le journaliste. Pour autant, l'armée israélienne va maintenir un état d'alerte élevé à sa frontière nord dans les prochains jours. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un soldat israélien sur le plateau du Golan où des tirs iraniens ont été enregistrés.
Un soldat israélien sur le plateau du Golan où des tirs iraniens ont été enregistrés. (JINI/AYAL MARGOLIN / XINHUA)