Présidentielle en Syrie : au Liban, les exilés se déchirent entre pro et anti-Bachar Al-Assad

Bachar Al-Assad est candidat à sa réélection, mercredi, dans une élection présidentielle syrienne sans grand suspense. Au Liban, pays voisin où un million de syriens se sont réfugiés, le vote s’est déroulé il y a quelques jours.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des Syriens résidant au Liban supporters du président Bachar al-Assadse rendent voter à l'ambassade de Syrie, le 20 mai 2021. (JOSEPH EID / AFP)

Drapeaux syriens, photos de Bachar Al-Assad, chants à sa gloire... Ambiance de fête à l'ambassade de Syrie à Beyrouth. Après dix ans de conflit en Syrie, pays ravagé dont la moitié de la population a été déplacée, le régime organise mercredi 26 mai un scrutin présidentiel. Au Liban, comme dans plusieurs ambassades à travers le monde, le vote était organisé dès le 20 mai. Un genre de répétition générale de ce simulacre de scrutin.

>> Syrie : une élection présidentielle jouée d'avance pour un quatrième mandat de Bachar Al-Assad

Aucune surprise à attendre : Bachar Al-Assad sera réélu. Deux concurrents considérés comme des faire-valoir se présentent face à celui qui est au pouvoir depuis deux décennies, après avoir succédé à son père qui a dirigé la Syrie trois décennies. Ce 20 mai, pour voter à leur ambassade à Baabda, au sud de Beyrouth, les électeurs syriens du Liban arrivent en bus, à pied, en voiture, tout sourire devant les caméras, tous convaincus quand on leur tend le micro. "Bachar a lutté pendant dix ans. Il a protégé la Syrie du terrorisme de Daech. Il a aussi protégé le monde entier", explique Khaled, 21 ans, fidèle à la rhétorique du régime. "Ils ont conspiré pour le renverser, mais il a tenu", renchérit son père juste à côté, en précisant que le reste de la famille est en Syrie.

"C'est un grand jour pour le président, le docteur Bachar Al-Assad."

Un Syrien du Liban

à franceinfo

À quelques mètres, sortant de l'isoloir, il y a aussi Wassim. "C'est le rêve de tous les Syriens qui se réalise, que Bachar reste président et qu'on reconstruise le pays", affirme ce quadragénaire, sans craindre l'excès de zèle dans une ambassade quadrillée par le régime.

"Ceux qui votent pour lui ont perdu leur dignité"

Ambiance radicalement différente dans les camps de réfugiés ou les quartiers populaires, là où vivent des dizaines de milliers de Syriens dans la précarité et la pauvreté. Mais il n'était pas question d'aller voter pour l'écrasante majorité d'entre eux, installés au Liban justement à cause de Bachar al-Assad. "On connaît le résultat d'avance, estime Amir, 30 ans, qui est arrivé au Liban en 2013. C'est taillé pour lui. Ceux qui votent ont perdu leur dignité."

"Ne pas voter, c'est le minimum avec ce régime qui a tout détruit."

Amir

à franceinfo

Un peu plus loin, dans sa boutique de contrefaçons. Abdel essaie, lui, d'être un peu plus indulgent : "Ces gens qui votent ont peur parce qu'ils ont de la famille en Syrie, parce qu'ils veulent y retourner. Et c'est pareil en Syrie. Les gens vont voter parce qu'ils ont peur. Ce n'est pas Bachar le problème, c'est le régime. Le parti Baas, c'est une mafia."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Liban

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.