Liban : Saad Hariri confirme qu'il va reprendre son poste de Premier ministre

Le Premier ministre libanais assure que sa démission, début novembre, avait pour but que "le monde comprenne que le Liban ne peut plus tolérer les ingérences du Hezbollah".

Le Premier ministre libanais Saad Hariri (à droite) s\'entretient avec le président du Liban (à gauche), le 27 novembre 2017 à Baabda (Liban).
Le Premier ministre libanais Saad Hariri (à droite) s'entretient avec le président du Liban (à gauche), le 27 novembre 2017 à Baabda (Liban). (REUTERS)
avatar
franceinfo avec ReutersFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Saad Hariri va bel et bien rester à son poste. Le Premier ministre démissionnaire du Liban a décidé de reprendre ses fonctions, confirme-t-il dans un entretien paru jeudi 30 novembre dans Paris Match. Interrogé sur le fait de savoir s'il allait reprendre son rôle de Premier ministre "comme si de rien n'était", Saad Hariri a répondu "oui".

Saad Hariri avait annoncé sa démission le 4 novembre dernier depuis l'Arabie saoudite, en dénonçant le rôle déstabilisateur de l'Iran et du Hezbollah libanais. Il avait ensuite accepté de "suspendre" sa décision après son retour à Beyrouth le 21 novembre.

"Je voulais créer un choc positif pour le Liban"

Dans Paris Match, il réfute avoir été détenu en Arabie saoudite, comme le soupçonnaient le président libanais, Michel Aoun, et de nombreux observateurs. "Ce n’est pas vrai. J’ai démissionné depuis Riyad avec l’intention de créer un choc positif pour le Liban", assure-t-il.

"Je souhaitais que le monde comprenne que le Liban ne peut plus tolérer les ingérences d’un parti comme le Hezbollah dans les affaires des pays du Golfe, où vivent 300 000 Libanais, poursuit-il. Nous ne devons pas payer pour les agissements du Hezbollah."