Femmes démineuses, une première au Moyen-Orient

Rahil, Monia, Fatima, Zeinab et Ibtisam sont démineuses au sud du Liban pour les Nations-Unies. Ces Libanaises chiites déterrent tous les jours une à deux mines antipersonnel dans les faubourgs de Tyr. C'est en 2009, du jamais vu auparavant au Moyen-Orient, que ces équipes féminines se sont constituées. Reportage sur le terrain à l'époque auprès de ces femmes hors du commun.

Rahil, 37 ans, chiite née à Yater, pensait ne pas être capable de faire ce travail difficile. Elle habite seule à Tyr où elle est revenue après avoir passé douze ans en Lybie en tant qu'infirmière dans une clinique privée, financée par les sociétés pétrolières.

Depuis son retour au Liban, elle met le voile et prie cinq fois par jours après son travail sur le terrain. «Je suis croyante, mais je tolère toutes les autres religions», précise Rahil. En lui demandant ce que pensent ses voisins de son travail, elle répond : «Au début, ils me demandaient pourquoi je faisais ce métier. Puis, ils se sont habitués et maintenant, ils m'encouragent.»

«Trouver une sous-munition est un sentiment de satisfaction énorme pour moi. C'est un bonheur» raconte Rahil. «Dieu nous protège, je n'ai pas peur», insiste-t-elle. Depuis la fin de la guerre, trente démineurs ont été tués et 186 autres blessés par les bombes.

Le déminage, une activité dangereuse mais rémunératrice
La crise politique actuelle au Liban a entraîné un fort ralentissement économique. Le salaire moyen dans le sud est de 200 dollars par mois. Les organisations de déminage offrent des salaires allant jusqu'à 850 dollars par mois.

«Avec ce travail, Mohamed et moi avons pu organiser un mariage digne de ce nom qui a coûté 10.000 dollars. Il y avait 350 invités», déclare Monia, heureuse d’avoir réalisé son rêve. Mariée depuis trois mois, Monia Zataar, 23 ans, est démineuse depuis plus d'un an.

Soutenue par son mari, également démineur, elle traque les sous-munitions sans hésitation, tous les jours de 6h à 14h. Mais depuis quelques semaines, sa concentration baisse. Elle apprend qu'elle est enceinte. Elle compte bientôt arrêter car ce manque de concentration peut lui être fatal.

Une région truffées d'engins explosifs
Choisies parmi trente femmes, sept démineuses ont été recrutées par le Centre de coordination anti-mines des Nations-Unies pour le Sud-Liban (UNMACC), basé à Tyr, après la guerre de l'été 2006 entre le Hezbollah et Israël. L'ONU a estimé qu'Israël avait laissé pas moins de quatre millions de sous-munitions dans la région, dont près d'un million de bombes qui n'ont pas explosé.

«841 sites contenant des bombes à fragmentation ont été localisés au sud du Liban», affirme Dalya Farran, la porte-parole de l’UNMACC. Suite à d’importantes pressions de la part de groupes locaux et internationaux de défense des droits de l’Homme, d’organisations humanitaires et de médias, l’UNMACC a pu réunir les ressources nécessaires à l’entraînement et à la constitution d’équipes de déminage pour nettoyer le sud du Liban et de le rendre plus sûr pour ceux qui y vivent et y travaillent. Parmi ces équipes, on trouve ce groupe de démineuses, entraînées par des Suédois.

Des mines dans des exploitations agricoles
Depuis août 2007, 100.000 bombes à fragmentations ont été désamorcées par l'ONU sur les terres agricoles. Les mines antipersonnel se trouvent dans les cultures de bananes, d'olives et de citrons. Elles sont cachées sous les arbres mais aussi à moins de 20 cm sous terre. Zeinab accroupie sous un olivier raconte : «Les serpents et scorpions sont dangereux et constituent également une vraie menace pour nous qui allons creuser. Il faut une grande concentration pour ne pas avoir d'accident ni de blessures. »

Au Liban, les femmes démineuses sont des femmes volontaires qui endossent un rôle jamais vu auparavant. Elles doivent toutefois faire attention aux conséquences de leurs actes, car une femme non mariée et accidentée sur son lieu de travail est vue comme une femme porteuse de mauvais sort. Dans ce cas, elle ne peut plus avoir ni mari, ni famille.

Texte et photos (2009) de Caroline Poiron.

115
Caroline Poiron pour Géopolis
215
Caroline Poiron pour Géopolis
315
Caroline Poiron pour Géopolis
415
Caroline Poiron pour Géopolis
515
Caroline Poiron pour Géopolis
615
Caroline Poiron pour Géopolis
715
Caroline Poiron pour Géopolis
815
Caroline Poiron pour Géopolis
915
Caroline Poiron pour Géopolis
1015
Caroline Poiron pour Géopolis
1115
Caroline Poiron pour Géopolis
1215
Caroline Poiron pour Géopolis
1315
Caroline Poiron pour Géopolis
1415
Caroline Poiron pour Géopolis
1515
Caroline Poiron pour Géopolis