"Le peuple veut la chute du régime" : des milliers de personnes manifestent contre le gouvernement après les explosions à Beyrouth

Plus de 100 personnes ont été blessées lors de la manifestation de Beyrouth contre les autorités libanaises, et 32 ont dû être hospitalisées, selon la Croix-Rouge.

Manifestation contre le gouvernement à Beyrouth, le 8 août 2020.
Manifestation contre le gouvernement à Beyrouth, le 8 août 2020. (THAIER AL-SUDANI / REUTERS)

Après l'exaspération, la colère. Sous le hasthag #Pendez-les, des milliers de Libanais ont déferlé samedi 8 août dans les rues de Beyrouth pour exprimer leur colère face à la classe politique jugée responsable des explosions qui ont fait plus de 150 morts et 6 000 blessés.

En début d'après-midi, les manifestants ont convergé sur la place des Martyrs, épicentre traditionnel des manifestations, avec pour mot d'ordre "Le Jour du jugement". Des guillotines en bois ont été installées et certains manifestants ont brandi des cordes, un nœud coulant à leur extrémité. "Le peuple veut la chute du régime", ont-ils scandé, brandissant des pancartes réclamant le départ des "assassins".

Tirs de gaz lacrymogène

Certains manifestants ont scandé "Vengeance, vengeance, jusqu'à la chute du régime", certains portant des masques, d'autres des drapeaux ou des portraits des victimes de l'explosion. Dans l'après-midi, les forces de sécurité ont tenté d'empêcher certains groupes d'avancer vers le Parlement.

Dans des rues adjacentes au rassemblement, elles ont tiré des gaz lacrymogènes et des heurts les ont opposés à certains manifestants qui leur ont lancé des pierres."Après trois jours passés à déblayer les décombres et panser nos plaies, il est temps de laisser exploser notre colère et de les sanctionner pour avoir tué des gens", a déclaré un manifestant rencontré par l'AFP. "Nous devons nous dresser contre tout le système (...) le changement doit être à la mesure de l'ampleur de la catastrophe."

Certains manifestants ont jeté des projectiles vers les policiers qui barraient l'accès à une rue menant vers la Chambre des députés, a constaté un journaliste de Reuters. Des ambulances se sont précipitées sur les lieux. Un adolescent a été victime d'un malaise après avoir inhalé des gaz lacrymogènes. Des patrouilles militaires ont également été déployées dans le secteur. 

Des ministères occupés

En fin de journée, des manifestants ont réussi à pénétrer à l'intérieur du ministère des Affaires étrangères. Cette irruption, diffusée en direct à la télévision, est intervenue alors que l'attention des forces de sécurité se concentrait sur le rassemblement de milliers de protestataires dans le centre-ville. 

"Nous avons pris le ministère des Affaires étrangères comme quartier général de la Révolution", a annoncé dans un communiqué, depuis l'élégant perron du ministère, le général à la retraite Sami Rammah, devant quelque 200 personnes qui criaient "Révolution". Les protestataires ont déroulé deux immenses banderoles rouges à l'entrée de la villa traditionnelle qui a subi des dégâts en raison de l'explosion, l'une proclamant "Beyrouth, capitale de la révolution", et l'autre "Beyrouth, ville sans armes". Selon des journalistes sur place, l'armée les a délogés dans la soirée.

Des manifestants ont aussi tenté de prendre le quartier général de l'Association des banques, y mettant le feu avant d'être délogés par l'armée, selon un photographe de l'AFP sur place. Les protestataires ont également investi les ministères de l'Economie et celui de l'Energie. Ce secteur constitue le symbole de la gabegie des services publics, car les coupures de courant sont fréquentes dans le pays. Les banques sont égaement la cible de la colère des manifestants depuis octobre en raison des restrictions draconiennes imposées sur les retraits et virement à l'étranger.

Un policier mort, plus de 100 blessés

En début de soirée, la police libanaise a annoncé qu'un policier avait été tué. "Un membre des Forces de sécurité intérieure est décédé (...) en aidant des personnes coincées dans l'hôtel Le Gray", a déclaré cette source, affirmant qu'il avait "été agressé par un certain nombre d'émeutiers qui ont entraîné sa chute et sa mort".

Selon un tweet de la Croix-Rouge libanaise, 63 personnes ont été blessées pendant la manifestation et transportées dans des hôpitaux, et 175 autres soignées sur place. Le Premier ministre Hassan Diab a annoncé qu'il allait proposer des élections législatives anticipées et se dit prêt à rester au pouvoir "pendant deux mois", le temps que les forces politiques s'entendent à ce sujet.