Carlos Ghosn attaque Renault aux prud'hommes

L'ex-PDG de Renault a décidé de poursuivre son ancienne entreprise aux prud'hommes. Carlos Ghosn réclame des indemnités de départ à la retraite. 

Le bras de fer entre Carlos Ghosn et Renault se poursuit désormais devant les tribunaux. La première audience a lieu vendredi 21 février à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). L'ancien PDG du groupe y est représenté par ses avocats. Lui-même se trouve encore au Liban, où il a fui à la fin de l'année 2019. L'ancien dirigeant réclame aujourd'hui 250 000 euros d'indemnités de départ à Renault.

"Droit à rien"

La ligne du constructeur automobile est ferme. Selon l'entreprise, Carlos Ghosn n'a droit à rien. Son dernier statut de mandataire de la société en tant que PDG est selon le groupe incompatible avec celui de salarié, qui couvre les droits à la retraite. Le franco-libanais de 65 ans a également prévu de saisir le tribunal du commerce pour avoir accès à sa retraite chapeau. D'après son contrat, elle serait de 774 774 euros bruts par an. Les comptes de l'entreprise sont pour l'heure dans le rouge.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un écran montrant Carlos Ghosn, l\'ancien président de Nissan, à Tokyo, le 9 janvier 2020.
Un écran montrant Carlos Ghosn, l'ancien président de Nissan, à Tokyo, le 9 janvier 2020. (BEHROUZ MEHRI / AFP)