Cet article date de plus de sept ans.

Liban : un leader du Hezbollah assassiné, Israël pointé du doigt

Hassan Hawlo Al-Lakiss, un proche de Hassan Nazrallah, le leader du parti chiite, a été tué mercredi à Hadath, à l'est de Beyrouth, selon le Hezbollah, qui menace Israël en retour.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des militants du Hezbollah, mouvement chiite libanais, lors d'une manifestation, le 17 novembre 2013 à Nabatiyeh (Liban). (MAHMOUD ZAYYAT / AFP)

Le Hezbollah libanais a annoncé, mercredi 4 décembre, l'assassinat de l'un de ses leaders près de Beyrouth. "La Résistance islamique annonce la mort de l'un de ses leaders, le martyr Hassan Hawlo Al-Lakiss, qui a été assassiné près de sa maison dans la région de Hadath", a annoncé le mouvement chiite dans un communiqué repris par sa chaîne de télévision Al Manar.

Dans la foulée, le Hezbollah a pointé du doigt Israël, son ennemi juré. "L'accusation directe est dirigée naturellement contre l'ennemi israélien qui a tenté d'éliminer notre frère martyr à plusieurs reprises et dans plusieurs endroits, mais ses tentatives avaient échoué jusqu'à celle d'hier soir. Cet ennemi doit assumer l'entière responsabilité et toutes les conséquences de ce crime ignoble."

D'après une source proche du Hezbollah, le leader était très proche du chef du parti chiite, Hassan Nasrallah. Son assassinat est intervenu mardi vers minuit, peu de temps après une interview télévisée du leader du mouvement. Sa mort intervient alors que le mouvement armé combat depuis plusieurs mois, en Syrie, auprès du régime de Bachar Al-Assad, lui permettant de remporter des victoires sur le terrain face aux rebelles. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.