Cet article date de plus de neuf ans.

Les Yéménites ont a nouveau exprimé lundi leur espoir de voir partir le président Ali Abdallah Saleh

Hospitalisé en Arabie Saoudite après avoir été blessé dans le bombardement du palais présidentiel à Sanaa vendredi, ce dernier a fait savoir lundi qu'il pourrait rentrer dans "les prochains jours"."Les jeunes de la révolution" ont appelé lundi à une rapide transition du pouvoir pour éviter un retour aux affaires du président Saleh.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des femmes de Taez fêtent le départ du président Saleh pour Riyad, où il se fait soigner (5 juin 2011) (AFP / Mohammed Huwais)

Hospitalisé en Arabie Saoudite après avoir été blessé dans le bombardement du palais présidentiel à Sanaa vendredi, ce dernier a fait savoir lundi qu'il pourrait rentrer dans "les prochains jours".

"Les jeunes de la révolution" ont appelé lundi à une rapide transition du pouvoir pour éviter un retour aux affaires du président Saleh.

Dimanche, les protestataires yéménites avaient fêté dans la rue le départ du président, au pouvoir depuis 33 ans, et appelé à la formation d'un conseil présidentiel provisoire, au moment où une trêve dans les combats semblait tenir à Sanaa.

Proposée par le roi Abdallah d'Arabie saoudite, une trêve a été négociée par le vice-président Abed Rabbo Mansour Hadi avec le puissant chef tribal des Hached, cheikh Sadek al-Ahmar.

La Maison Blanche a affirmé lundi qu'une "transition immédiate" du pouvoir au Yémen était "dans le meilleur intérêt" des habitants de ce pays, après le départ du président contesté Ali Abdallah Saleh pour des soins en Arabie Saoudite.

Berlin, Paris, Londres, Madrid et Rome se sont empressées dès dimanche d'appeler les Yéménites à "respecter la trêve initiée par le roi d'Arabie saoudite" pour rétablir la paix au Yémen, dans une déclaration commune.

Le vice-président a affirmé que la consolidation de la trêve était la "priorité numéro un" en recevant des ambassadeurs européens. Il a souhaité "la collaboration de tous" pour y parvenir en présidant une réunion des chefs des services de sécurité, selon l'agence officielle Saba.

Le président compte rentrer dans les prochains jours
"Le président Saleh a subi deux opérations qui ont réussi: la première a consisté à extraire un éclat (d'obus) de la poitrine, alors que la deuxième est une opération de neurochirurgie au cou", a déclaré un responsable saoudien qui a requis l'anonymat. Le président yéménite doit encore subir une opération de chirurgie esthétique", a-t-il ajouté.

Le vice-président yéménite a déclaré lundi que le président Ali Abdallah Saleh se portait bien et qu'il rentrerait au Yémen dans "les prochains jours", après avoir été opéré en Arabie saoudite, a rapporté l'agence de presse officielle Saba. Il a été blessé dans le bombardement de la mosquée de son palais présidentiel vendredi et évacué samedi soir à Riyad.

Le doute plane sur l'exercice du pouvoir à Sanaa où le vice-président Abed Rabbo Mansour Hadi n'a pas été officiellement chargé de l'intérim, alors qu'une lutte au pouvoir est ouverte dans le pays, secoué depuis janvier par des protestations réclamant son départ.

Le départ pour Riyad du président Saleh a été célébré dimanche par des dizaines de milliers de personnes à Sanaa et à Taez, la troisième ville du pays. L'opposition s'est dite déterminée à empêcher son retour.

Par ailleurs, des sources tribales ont indiqué samedi que cheikh Sadek al-Ahmar, le chef de la puissante tribu des Hached, était prêt à une trêve, proposée par l'Arabie saoudite. De violents combats ont opposé ces derniers jours ses hommes aux troupes fidèles à Ali Abdallah Saleh dans la capitale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.