Cet article date de plus de dix ans.

Les opérations d'aide humanitaires aux milliers de personnes prises au piège en Libye se sont accélérées mardi

En deux mois, le conflit a déjà fait quelque 10.000 morts et 55.000 blessés, a affirmé le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini, citant le chef du Conseil national de transition libyen, Moustapha Abdeljalil, qu'il a reçu mardi à Rome.Le Programme alimentaire mondial a annoncé l'ouverture d'un couloir humanitaire dans l'ouest.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des civils libyens fuyant les combats à Misrata arrivent à Benghazi, le 18 avril 2011. (AFP/MARWAN NAAMANI)

En deux mois, le conflit a déjà fait quelque 10.000 morts et 55.000 blessés, a affirmé le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini, citant le chef du Conseil national de transition libyen, Moustapha Abdeljalil, qu'il a reçu mardi à Rome.

Le Programme alimentaire mondial a annoncé l'ouverture d'un couloir humanitaire dans l'ouest.

Londres va également procéder à l'évacuation de 5.000 travailleurs étrangers par bateau de la ville côtière de Misrata assiégée, située à 200 km à l'est de Tripoli, a indiqué lundi Daniel Shepherd, un porte-parole de la mission britannique à l'ONU. L'Organisation internationale pour les migrations a annoncé mardi préparer une troisième opération d'évacuation de migrants bloqués dans la ville assiégée de Misrata dans l'ouest de la Libye, grâce à une promesse de fonds des autorités britanniques.

Un mois après le début de l'intervention en Libye de la coalition internationale, le 19 mars, la situation est dramatique dans plusieurs villes de l'ouest du pays.

A Misrata mardi matin, des roquettes ont été tirées par les rebelles en direction des abords de la ville, aux mains des insurgés mais cernée par les forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi, selon un journaliste de l'AFP qui pouvait entendre les avions de l'Otan survoler la zone.

Un millier de personnes ont été tuées dans cette ville dans les combats entre rebelles et pro-Kadhafi en six semaines, a-t-on indiqué lundi de sources médicales. Le Comité international de la Croix-Rouge a, de son côté, annoncé avoir évacué lundi 618 migrants d'origine diverse du port de Misrata à bord d'un bateau se dirigeant vers l'Egypte. Il va envoyer un autre bateau à Misrata, censé arriver mercredi pour apporter des médicaments, des kits d'hygiène, de la nourriture et 8.000 litres d'eau potable, selon le même responsable.

Près de la frontière tunisienne, la région montagneuse d'Al-Jabal Al-Gharbi, sous contrôle des rebelles, a été la cible de pilonnages intensifs par les forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi, faisant plus d'une centaine de morts depuis dimanche, ont indiqué lundi des habitants de cette région de l'ouest dont une grande partie de la population est d'origine berbère.

Quelque 10.000 Libyens ont fui les montagnes de l'ouest ces 10 derniers jours vers la Tunisie voisine, selon le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.