Cet article date de plus de dix ans.

Les négociations pour la reddition pacifique de la ville libyenne de Bani Walid ont échoué

Cet échec des négociations, engagées depuis plusieurs jours par l'intermédiaire de chefs de tribus de la ville pour obtenir la reddition de groupes armés loyaux à l'ex-dirigeant Mouammar Kadhafi, relance l'option d'une éventuelle offensive.Bani Walid, ville sous contrôle kadhafiste est située dans le désert à 150 km au sud de Tripoli.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
A Bir Durfan base militaire, à quelque 60 kilomètres de Bani Walid, détruite dans un raid aérien de l'OTAN (AFP PHOTO / Carl de Souza)

Cet échec des négociations, engagées depuis plusieurs jours par l'intermédiaire de chefs de tribus de la ville pour obtenir la reddition de groupes armés loyaux à l'ex-dirigeant Mouammar Kadhafi, relance l'option d'une éventuelle offensive.

Bani Walid, ville sous contrôle kadhafiste est située dans le désert à 150 km au sud de Tripoli.

Les nouvelles autorités libyennes espéraient dimanche obtenir grâce à des négociations la reddition de la ville devenue, selon eux, une "forteresse" pour les proches de l'ancien régime et où Saadi, un des fils Kadhafi, pourrait se cacher.

En direction de Syrte, autre bastion des fidèles à Mouammar Kadhafi, le front était calme dimanche. La ville d'origine de Mouammar Kadhafi était cernée par des combattants pro-CNT, mais aucun mouvement n'était signalé depuis plusieurs jours, même si l'Otan a annoncé avoir continué samedi ses frappes.

A Tripoli, le CNT cherchait à asseoir son pouvoir à Tripoli, en commençant par relancer l'activité dans la capitale, marquée par 10 jours de combats. Des policiers ont recommencé à patrouiller dans la capitale, où la circulation a repris, avec de nombreux embouteillages. Des banques et certains commerces ont rouvert, et les queues s'allongeaient devant les boulangeries.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.