Cet article date de plus de huit ans.

Le Pakistan a expulsé vers la France trois présumés apprentis jihadistes français

Selon l'agence de presse, le Pakistan les détenait depuis dix mois dans le plus grand secret. Ils ont été placés en garde à vue. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une patrouille de soldats pakistanais à Khwaza Khela, dans le district de Swat (Pakistan), le 7 mars 2013.  (MAXPPP)

Le Pakistan a expulsé vers la France, cette semaine, trois présumés apprentis jihadistes français, qu'il détenait depuis dix mois dans le plus grand secret, a annoncé jeudi 4 avril l'AFP, citant des sources concordantes. Le dernier des trois est arrivé jeudi par avion, a confirmé une source diplomatique française. "Les deux autres avaient rejoint la France au cours des 48 heures précédentes", a-t-elle ajouté.

Les trois hommes ont été placés en garde à vue. Qui sont-ils ? Que faisaient-ils dans la région ? Eléments de réponse.

Qui sont ces trois hommes ? 

Selon une source proche du dossier, ces trois Français, "âgés d'une trentaine d'années et originaires de la région d'Orléans (Loiret)", sont tous issus de familles d'origine maghrébine aux revenus modestes.

Ils sont pour certains en couple et pères de jeunes enfants. "Ils avaient quitté la France en janvier 2012. Certains avaient alors dit à leur famille vouloir se rendre à La Mecque", la ville sainte la plus sacrée de l'islam, explique la source proche du dossier.

Que faisaient-ils dans la région ? 

Leur parcours de quatre mois entre leur départ et leur arrestation reste encore très flou. Mais, pendant leur détention, "certains d'entre eux ont parlé et dit être venus au Pakistan pour parfaire leur apprentissage de l'islam et aller combattre en Afghanistan" contre les forces occidentales, rapporte une autre source proche du dossier. "Certains ont évoqué l'Afghanistan comme destination", confirme une autre source, tout en tempérant ses propos : "Ils ne l'ont pas fait de façon précise, c'était plus dit implicitement qu'explicitement."

Comment ont-ils été arrêtés ? 

Les trois suspects ont été interpellés le 28 mai 2012 par la police pakistanaise, dans le sud-ouest du Pakistan, alors qu'ils voyageaient en car avec un autre Français, Naamen Meziche. Ce dernier, âgé d'environ 42 ans, est toujours détenu au Pakistan et en attente d'être expulsé. Il est considéré par les services secrets occidentaux et pakistanais comme un important cadre d'Al-Qaïda potentiellement dangereux pour l'Occident. Son arrestation avait été annoncée en juin par les autorités pakistanaises, et confirmée par les services français.

Après leur interpellation, les quatre hommes ont été transférés et incarcérés dans la capitale, Islamabad. Ils ont reçu plusieurs visites de diplomates français, qui "ont permis de s'assurer qu'ils étaient traités de façon correcte", toujours selon une source proche du dossier.

Que risquent-ils ? 

La France a adopté, le 13 décembre dernier, une loi permettant de poursuivre des Français commettant des actes de terrorisme à l'étranger ou partant s'y entraîner au jihad. Mais cette loi ne pourra pas s'appliquer aux trois expulsés, car ils ont été arrêtés avant son vote.

En dépit de la minceur du dossier, la justice n'ayant a priori rien d'autre à leur reprocher que la fréquentation de réseaux jihadistes présumés, une information judiciaire a été ouverte en février dernier pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.