Cet article date de plus de huit ans.

Présidentielle en Iran : le candidat modéré largement en tête du premier tour

Hassan Rohani a obtenu 51% des voix selon des résultats partiels, reposant sur 65% des bureaux de vote.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le candidat à la présidentielle en Iran, Hassan Rohani, glisse son bulletin dans l'urne, le 14 juin 2013 à Téhéran (Iran). (REUTERS)

Hassan Rohani en tête du premier tour de la présidentielle iranienne. Le plus modéré des candidats a obtenu samedi 15 juin 51% des voix, selon des résultats partiels portant sur 65% des bureaux de vote. "23 millions de bulletins ont été dépouillés et M. Rohani obtient 11,75 millions de voix" dans 38 621 bureaux de vote sur un total de 58 764, a annoncé un responsable du ministère de l'Intérieur à la télévision.  dispose ainsi d'une large avance sur ses adversaires conservateurs.

Un candidat doit obtenir plus de 50% des suffrages lors du premier tour pour être élu. Dans le cas contraire, un deuxième tour est organisé la semaine suivante entre les deux candidats les mieux placés. Si les résultats de samedi après-midi étaient confirmés, Hassan Rohani serait donc élu dès le premier tour de la présidentielle iranienne.

Qui est Hassan Rohani ?

Agé de 64 ans, il a été responsable des négociations sur le dossier nucléaire de Téhéran sous la présidence du réformateur Mohammad Khatami entre 1997 et 2005. Député entre 1980 et 2000, il a aussi un long passé de responsable politique. Il a ensuite été membre de l'Assemblée des experts, instance chargée de superviser le travail du guide suprême Ali Khamenei. Il est toujours représentant de l'ayatollah Khamenei au sein du Conseil suprême de la sécurité nationale.

Il prône plus de souplesse dans le dialogue avec l'Occident. Durant la campagne, il a évoqué de possibles discussions directes avec les Etats-Unis, ennemi historique de l'Iran. Toutefois, son éventuelle victoire ne marquera pas une rupture dans la politique de la République islamique, les dossiers stratégiques comme le nucléaire ou les relations internationales, puisqu'il restera sous l'autorité directe du guide suprême Ali Khamenei.

Quels sont les résultats des autres candidats ?

Le conservateur Mohammad Bagher Ghalibaf, qui ne recueille que 15,2% des voix. Le chef des négociateurs nucléaires Saïd Jalili a, lui, obtenu 679 000 voix (13%). Un ex-commandant des Gardiens de la Révolution, l'armée d'élite du régime, Mohsen Rezaïe a recueilli 12,5% des voix. Les deux autres candidats, l'ex-chef de la diplomatie Ali Akbar Velayati et Mohammad Gharazi, sont encore plus loin derrière. Aucune irrégularité n'a été constatée, a précisé le Conseil des gardiens de la Constitution, qui supervise le scrutin.

Quel est le taux de participation ?

Quelque 50 millions d'Iraniens étaient appelés aux urnes vendredi pour désigner le successeur de Mahmoud Ahmadinejad. La participation aurait atteint 80%, selon la télévision iranienne citée par l'agence Reuters. Il devrait dépasser les 70% en raison de la forte mobilisation, selon l'AFP. Certains bureaux de vote sont restés ouverts pendant cinq heures supplémentaires en raison de l'affluence.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.