Kadhafi a affirmé que les bombardements ne pourraient pas l'atteindre car il est dans "le coeur de millions de Libyens"

Le leader libyen s'est exprimé dans un message audio diffusé vendredi par la télévision officielle. Quelques heures plus tôt, le chef de la diplomatie italienne avait affirmé qu'il avait été blessé dans des bombardements.Dans la soirée, deux fortes explosions ont été entendues à l'est de Tripoli que des avions survolaient, selon des témoins.

Mouammar Kadhafi (archives)
Mouammar Kadhafi (archives)

Le leader libyen s'est exprimé dans un message audio diffusé vendredi par la télévision officielle. Quelques heures plus tôt, le chef de la diplomatie italienne avait affirmé qu'il avait été blessé dans des bombardements.

Dans la soirée, deux fortes explosions ont été entendues à l'est de Tripoli que des avions survolaient, selon des témoins.

Jeudi matin, des frappes aériennes avaient touché le vaste complexe résidentiel de Mouammar Kadhafi à Tripoli, faisant trois morts, dont deux journalistes, et 27 blessés, selon un "bilan officiel" communiqué par un responsable gouvernemental.

L'OTAN, qui a pris fin mars le commandement de la coalition internationale, a affirmé vendredi que les coups qu'elle a portés ces trois derniers jours aux forces loyales au colonel Kadhafi les ont sérieusement affectées.

"Vos bombardements ne m'atteindront pas"
Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a lancé un message de défi à l'OTAN, dans une brève allocution audio diffusée vendredi soir. "Je vais vous dire que vos bombardements ne m'atteindront pas parce que des millions de Libyens me portent dans leur coeur", a lancé le dictateur dans un message diffusé par la télévision d'Etat. Il a laissé entendre qu'il se trouvait en un lieu tenu secret inaccessible aux avions de l'Alliance atlantique. "Je dis aux lâches croisés (de l'Alliance atlantique, ndlr) que je vis dans un endroit où vous ne pouvez pas m'atteindre et où vous ne pouvez pas me tuer."

Le message audio de Kadhafi, le dernier depuis le 30 avril, répondait aux déclarations émanant quelques heures auparavant de Rome. Les affirmations du ministre italien des Affaires étrangères sur la santé de Kadhafi avaient été immédiatement démenties par les autorités de Tripoli qui les avaient qualifiées d'"absurdes". Franco Frattini avait jugé "crédibles" des déclarations de l'évêque de Tripoli, Mgr Giovanni Martinelli, selon lesquelles le colonel Kadhafi serait blessé et aurait fui la capitale.

Malgré le démenti de Tripoli, Franco Frattini, ministre italien des Affaires étrangères, a réaffirmé vendredi que Mouammar Kadhafi avait probablement été blessé dans un raid de l'OTAN et qu'il ne se trouvait sans doute plus dans la capitale libyenne. "J'ai tendance à accorder du crédit aux propos de l'évêque de Tripoli, Mgr (Giovanni Innocenzo) Martinelli, qui est en contact étroit (avec le dirigeant libyen), quand il nous dit que Kadhafi a probablement quitté Tripoli et qu'il a sans doute également été blessé. Nous ignorons où et comment", a-t-il déclaré à la presse. Vendredi soir, l'évêque a démenti avoir tenu ces propos.

Par ailleurs, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, va demander lundi à la CPI de délivrer un mandat d'arrêt visant le dirigeant libyen, a affirmé une radio espagnole.

Lire aussi:
>>