Cet article date de plus de six ans.

Les soldats israéliens tuent un Palestinien en Cisjordanie

Le jeune homme de 22 ans a été touché, mardi, par plusieurs balles tirées par les militaires au cours d'affrontements entre Palestiniens et Israéliens.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des membres des forces de sécurité palestiniennes font face à des manifestants qui protestent contre Israël, le 7 novembre 2014, à Hébron, en Cisjordanie.  (MUSSA QAWASMA / REUTERS)

Un net regain de tension. Un jeune Palestinien a été tué, mardi 11 novembre, par les soldats israéliens à Hébron, en Cisjordanie occupée, lors d'affrontements. Imad Jawabreh, 22 ans, a été touché de plusieurs balles à la poitrine, selon des sources de sécurité et des médecins palestiniens.

Israël a déployé des renforts en Cisjordanie depuis lundi pour faire face aux vives tensions qui règnent dans le territoire, a indiqué une porte-parole de l'armée. Ce mardi, les Palestiniens célèbrent le dixième anniversaire de la mort de Yasser Arafat, figure emblématique de la lutte pour l'indépendance. Selon la radio militaire, ces renforts ont été déployés le long des principales routes de Cisjordanie et près des arrêts de bus. Des sites particulièrement surveillés depuis qu'un Palestinien a poignardé trois colons lundi, tuant une femme de 25 ans à un arrêt de bus proche du bloc de colonies de Goush Etzion, au sud de Jérusalem et en Cisjordanie.

Montée de violences

En Israël, "la police a été placée en état d'alerte avancé. Des milliers de policiers, d'officiers, de volontaires et des renforts sont déployés sur l'ensemble du pays pour assurer la sécurité publique",  explique un porte-parole de la police, au lendemain de deux attentats meurtriers. Les autorités ont appelé les Israéliens à faire "preuve de vigilance" et à signaler "tout véhicule ou individu suspect".

Le sentiment d'insécurité s'est considérablement renforcé chez les Israéliens depuis lundi et les deux attaques au couteau de Palestiniens. Depuis la fin octobre déjà, deux attaques à la voiture bélier ont fait quatre morts, en dehors des deux auteurs palestiniens, à Jérusalem. Mais, jusqu'à samedi, les violences s'étaient concentrées à Jérusalem-est et en Cisjordanie.

Vers "une troisième intifada" ?

Jérusalem-est, partie palestinienne de la Ville sainte annexée et occupée par Israël, est désormais le théâtre quotidien de heurts entre jeunes Palestiniens et policiers israéliens. Les violences ont gagné les villes arabes israéliennes après la mort de Kheir Hamdane, 22 ans, abattu samedi par les policiers alors que, selon une vidéo, il ne représentait plus de danger pour eux. 

"Si cette folie ne s'arrête pas maintenant, nous allons nous retrouver au même point que lors des jours sombres de la seconde intifada", le soulèvement qui fit des milliers de morts israéliens et palestiniens de 2000 à 2005, écrit le quotidien Yedioth Ahronoth. Les éditorialistes manipulent la comparaison avec précaution, comme ceux du Maariv pour lesquels "on ne peut savoir encore clairement s'il s'agit d'une troisième intifada"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Israël-Palestine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.