Le gouvernement israélien autorise la police à imposer un couvre-feu à Jérusalem-Est

Le Premier ministre, Benyamin Nétanyahou, a également annoncé des sanctions alourdies contre les terroristes palestiniens.

Des policiers israéliens contrôlent un homme dans Jérusalem-Est, mardi 13 octobre 2015.
Des policiers israéliens contrôlent un homme dans Jérusalem-Est, mardi 13 octobre 2015. (AHMAD GHARABLI / AFP)

Le gouvernement israélien a adopté, dans la nuit du mardi 13 au mercredi 14 octobre, de nouvelles mesures pour lutter contre les violences palestiniennes, qui ont franchi un nouveau palier la veille avec la mort de trois Israéliens dans deux attentats à Jérusalem. "Le cabinet de sécurité a décidé de plusieurs mesures pour lutter contre le terrorisme, notamment d'autoriser la police à boucler ou imposer un couvre-feu sur les quartiers de Jérusalem en cas de frictions ou d'incitations à la violence", déclare un communiqué du bureau du Premier ministre, Benyamin Nétanyahou.

"Le cabinet a notamment autorisé qu'en plus de la démolition des maisons des terroristes, aucune construction nouvelle ne sera autorisée sur le site en question, que les propriétés des terroristes seront confisquées et que le permis de résident en Israël sera révoqué", selon le communiqué.

Dans la journée, Benyamin Nétanyahou avait promis devant le Parlement d'employer "tous les moyens en notre possession pour ramener le calme". Le gouvernement "va décider aujourd'hui même de moyens supplémentaires forts" qui "prendront effet sur le terrain le plus rapidement possible", avait dit le Premier ministre.