Israël va organiser ses quatrièmes élections législatives en deux ans

Le parlement israélien a été dissous après avoir échoué à trouver un accord sur le budget. Le parti du Premier ministre, Benyamin Nétanyahou, est en tête des intentions de vote.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre d'Israël, Benyamin Nétényahou, s'exprime au Parlement, le 22 décembre 2020. (YONATHAN SINDEL / POOL / AFP)

Benyamin Nétanyahou, l'insubmersible Premier ministre d'Israël, va-t-il remporter ce nouveau scrutin ? Des élections législatives vont être organisées pour la quatrième fois en deux ans dans le pays, après la dissolution du Parlement, qui a pris effet mercredi 23 décembre. Le scrutin doit avoir lieu en mars.

La dissolution de la Knesset fait suite à l'impossibilité de trouver un accord sur le budget au sein même du gouvernement. Le blocage acte l'incompatibilité de l'union entre Benyamin Nétanyahou et son ancien rival Benny Gantz, dont le mariage forcé n'aura duré que huit mois.

Après trois élections qui les avaient placés au coude-à-coude, les deux hommes avaient conclu un accord surprise au printemps afin de mettre fin à la plus longue crise politique de l'histoire d'Israël. Il prévoyait une rotation du poste de Premier ministre au bout de 18 mois.

Une issue encore très incertaine

Outre la pandémie de Covid-19, la campagne électorale à venir devrait être marquée par l'ouverture, maintes fois repoussée, du procès pour corruption de Benyamin Nétanyahou. De son côté, le parti de Gantz, qui s'est divisé au sujet de leur entrée au gouvernement, a vu ses appuis fondre comme neige au soleil. En première place lors du scrutin de septembre 2019, sa formation ne serait aujourd'hui qu'en sixième, voire septième place, selon les derniers sondages.

Le Likoud de Benyamin Nétanyahou reste en tête des intentions de vote, mais son ancien ministre Gideon Saar a annoncé en décembre la création d'un nouveau parti, déjà crédité de la deuxième place. La formation de droite radicale Yamina d'un autre ancien ministre, Naftali Bennett, grignote aussi des intentions de vote au Premier ministre, qui pourrait se retrouver sans assez de partenaires pour se maintenir au pouvoir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.