Israël : une voiture fonce dans la foule à Jérusalem et fait 14 blessés

La majorité des blessés sont des soldats. La police a ouvert une enquête pour "attaque terroriste".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des membres de la police israélienne ferment la porte de Damas de la vieille ville de Jérusalem aux piétons, le 29 janvier 2020. (AHMAD GHARABLI / AFP)

Quatorze personnes ont été blessées, dont une grièvement, lorsqu'une voiture a foncé dans la foule, en plein centre de Jérusalem dans la nuit du mercredi 5 au jeudi 6 février, ont indiqué les secours et la police, qui a ouvert une enquête pour "attaque terroriste". La majorité des 14 personnes blessées sont des soldats israéliens, a précisé l'armée. 

Cette attaque à la voiture bélier a eu lieu au niveau de la "First station", l'une des attractions de la vie nocturne de la ville sainte située à Jérusalem-Ouest, mais à la lisière de la partie orientale. Selon la police, la voiture a foncé sur la foule vers 1h45 sur l'avenue contournant cette ancienne gare ottomane reconvertie en lieu de loisirs, avec quantité de bars et surtout de restaurants.

"Des unités de police et les secouristes sont arrivés sur les lieux et tentent de retrouver le véhicule", a annoncé le porte-parole de la police israélienne Mickey Rosenfeld. Cet incident intervient un peu plus d'une semaine après l'annonce du projet américain pour le Moyen-Orient qui prévoit notamment de faire de Jérusalem la capitale "indivisible" d'Israël. Selon ce plan promu par Donald Trump, l'Etat hébreu pourrait aussi annexer les colonies juives en Cisjordanie occupée, en particulier dans la vallée du Jourdain.

Le projet prévoit aussi la création d'un Etat palestinien démilitarisé sur ce qu'il reste de la Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Le plan a été globalement salué en Israël, mais fustigé dans les Territoires palestiniens, tant par le Fatah laïc du président palestinien Mahmoud Abbas, attendu la semaine prochaine à l'ONU, que par les islamistes du Hamas dans la bande de Gaza.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.