Israël : qui est le nouveau Premier ministre, Naftali Bennett ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Israël : qui est le nouveau Premier ministre, Naftali Benett ?
France 2
Article rédigé par
D. Derda - France 2
France Télévisions

Israël connaît la coalition la plus hétéroclite de son histoire. Après 12 ans au pouvoir, Benjamin Netanyahu a dû céder la place à Naftali Bennett. Son gouvernement compte huit partis politiques que tout oppose. Qui est ce nouveau Premier ministre venu de l’ultra droite ?

Naftali Bennett est un nationaliste religieux. Sur l’échiquier politique israélien, il se situe très à droite. Mais pas assez des plus radicaux qui le conspuent quand il présente son programme de gouvernement. Certains lui reprochent d’avoir trahi son camp pour chasser Benjamin Netanyahu du pouvoir. En revanche, dimanche 13 juin au soir, des milliers d’Israéliens ont fêté la chute de celui qui pendant 12 ans a dirigé le pays.

Un homme en faveur de l’annexion

Les deux hommes se connaissent bien. Naftali Bennett a été le bras droit de Benjamin Netanyahu, son ministre à plusieurs reprises. Avant de se lancer en politique, il a passé six ans dans l’armée puis a fait fortune dans les technologies. Il se fait remarquer en défendant l’annexion des territoires occupés. Toutefois, son ton a changé. À la tête d’une coalition qui réunit la gauche pacifiste, les centristes et les islamistes d’un petit parti arabe israélien, Naftali Bennett "sera obligé de nuancer et son discours et ses actes. Il est pour l’annexion, il restera pour l’annexion parce que ça correspond fondamentalement à son idéologie. Mais, de toute façon, c’est impossible : si l’annexion ne s’est pas faite du temps de Trump et de Netanyahu, elle ne se fera sûrement pas du temps de [Naftali] Bennett, [Yaïr] Lapid et Joe Biden", explique Philippe Velilla, essayiste et spécialiste de la société israélienne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Israël-Palestine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.