Israël-Palestine : "Le Fatah a abandonné la résistance", le Hamas gagnant auprès des jeunes en Cisjordanie

L'organisation islamiste sort renforcée auprès des jeunes Palestiniens après les affrontements avec l'armée israélienne. Même en Cisjordanie où le Fatah est au pouvoir. Reportage à El Bireh près de Ramallah.

Article rédigé par
Farida Nouar - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un Palestinien avec le drapeau du mouvement islamiste Hamas après la prière du vendredi dans l'enceinte de la mosquée al-Aqsa à Jérusalem, le 14 mai 2021. Photo d'illustration. (AHMAD GHARABLI / AFP)

Jets de pierre, affrontements, des morts et des blessés… Pendant le conflit israélo-palestinien, les jeunes de Cisjordanie étaient en première ligne face aux forces armées israéliennes pour soutenir Gaza et le Hamas. Le Fatah au pouvoir dans le territoire palestinien n’a plus sa place selon eux, incapable de porter la résistance face à Israël. Désormais, c'est vers les islamistes qu’ils se tournent.

>> Israël-Palestine : qu'est-ce que le Hamas, l'organisation islamiste qui contrôle Gaza ?

Mahmoud, 21 ans, a vue sur les colonies depuis le salon de sa maison en pierre blanche à El Bireh près de Ramallah. Le jeune homme un peu blême est allongé sur le canapé du salon. Une couverture orange recouvre ses jambes. "J’ai été touché", explique-t-il. Deux balles dans la jambe gauche après des affrontements au check point de Beit El avec les soldats israéliens. Il en reste encore une que les médecins n’ont pas réussi à enlever. "J’étais sorti manifester pour soutenir Gaza, raconte Mahmoud. On envoyait des pierres sur les Israéliens, pour la Palestine et le Hamas ! Ce sont eux qui symbolisent la résistance." Assis à ses côtés, son frère Ahmed, 24 ans, acquiesce : "J'ai emmené ma petite fille manifester, résister ! On étouffe ici ! On n’a pas le droit de vivre ! Le Hamas est puissant. Le Fatah a abandonné la résistance."

"Les dirigeants du Fatah ne pensent qu’à leurs intérêts et leurs avantages. Vous voyez, mon frère a été blessé et aucun responsable du Fatah n’est venu le voir ou a pris de ses nouvelles ! On ne peut même pas voter avec eux."

Ahmed, 24 ans

à franceinfo

Des petits drapeaux verts du Hamas flottent dans les rues d’Al Bireh. Ils n’étaient pas là avant. Pour Myriam, 20 ans, rencontrée dans une épicerie, un seul parti peut aujourd’hui libérer le peuple palestinien de l’occupation : "Seul le Hamas peut porter la résistance, lui seul peut s’opposer aux Israéliens, affirme-t-elle. L’autorité palestinienne ne porte pas la résistance parce qu’elle négocie avec l’occupant. Ils ne doivent pas négocier, c’est notre terre ! Ce sont des corrompus. Seule la résistance compte. Il n’y a pas de place pour la politique."

"Ni Fatah ni Hamas, je suis la résistance"

Pour preuve, dit-elle, de l’inertie de l’autorité palestinienne : ces colonies de plus en plus nombreuses autour de la ville. Mohamed les observe aussi, mais ce jeune Palestinien ne se sent, lui, d’aucun mouvement : "Ni Fatah ni Hamas. Je suis musulman et je suis la résistance."

Idem pour Ashraf Abu Iram, activiste palestinien. Il organise les manifestations du vendredi, et ce qu’il retient, c’est que lors des précédents conflits entre Gaza et Israël, la Cisjordanie se tenait à l’écart. C'est la première fois depuis 1990 que les Palestiniens font front tous ensemble. "Nous sommes en mai 2021 et à partir d’aujourd’hui, tout ce qui s’est passé avant, les accords d’Oslo et tout le reste ne comptent plus, explique-t-il. Le Hamas et le Fatah ne peuvent plus décider sans nous. C’est une nouvelle ère qui s’ouvre." Il ajoute que "le peuple palestinien ne fait qu’un, de nouveau".

En Cisjordanie, le Hamas gagnant auprès des jeunes - Farida Nouar
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Israël-Palestine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.