Israël-Palestine : la préfecture de police interdit toute manifestation en lien avec le conflit samedi à Paris

Dans un arrêté publié jeudi, les autorités évoquent "un risque sérieux" que les tensions actuelles au Proche-Orient "ne se transportent sur le territoire national".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un rassemblement place des Invalides, à Paris, en soutien aux Palestiniens, le 12 mai 2021. Photo d'illustration (NOEMIE COISSAC / HANS LUCAS / AFP)

Les manifestations prévues samedi 15 mai à Paris, en lien avec les événements en Israël et dans les territoires palestiniens occupés, seront interdites à Paris, a confirmé jeudi la préfecture de police à franceinfo. Celle-ci a publié quelques heures plus tard son arrêté sur Twitter, interdisant la manifestation qui avait été déclarée. 

Dans ce document, la préfecture de police évoque "un risque sérieux que les affrontements entre palestiniens et forces de l'ordre israéliennes, qui ont fait 87 victimes, ne se transportent sur le territoire national". Dans "ce contexte de fortes tensions", la manifestation prévue samedi pourrait être "l'occasion de troubles graves à l'ordre public entre partisans de l'une ou l'autre des parties du conflit", alerte-t-elle.

La crainte de "troubles à l'ordre public"

Plus tôt, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, avait annoncé avoir demandé au préfet de police "d’interdire les manifestations de samedi en lien avec les récentes tensions au Proche-Orient". Le ministre a expliqué sur Twitter que "de graves troubles à l’ordre public" avaient été constatés lors de manifestations similaires il y a sept ans, en 2014. Ailleurs en France, le ministre a donné la consigne aux préfets "d'être particulièrement vigilants et fermes".

L'organisatrice de la manifestation, l'Association des Palestiniens en Ile-de-France, a "condamné cette interdiction". "En interdisant cette manifestation, la France montre sa complicité avec l'Etat d'Israël, qui veut interdire toute manifestation de soutien aux droits des Palestiniens, qui subissent l'occupation, la colonisation et les bombardements", a déclaré l'un de ses responsables, Walid Atallah. L'association va contester cette interdiction en déposant vendredi "un recours en référé-liberté au tribunal administratif", a-t-il ajouté.

L'association France-Palestine Solidarité et plusieurs autres collectifs avaient appelé à manifester "en soutien au peuple palestinien" samedi 15 mai, à 15 heures. A Paris, le rassemblement était prévu dans le quartier de Barbès. D'autres doivent avoir lieu dans une vingtaine de villes comme à Lille, Lyon Marseille, Nancy ou encore à Saint-Etienne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Israël-Palestine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.