Israël-Palestine : Joe Biden voit dans le cessez-le-feu "une vraie opportunité" de progresser vers la paix au Proche-Orient

Au cours d’une courte intervention de quatre minutes, le président démocrate s'est efforcé de se montrer optimiste. C'était la première fois qu'il s'exprimait depuis la reprise des violences il y a dix jours.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président américain, Joe Biden, s'exprime depuis la Maison Blanche, à Washington, le 20 mai 2021. (ANNA MONEYMAKER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Joe Biden aura attendu l'annonce d’un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas pour s’exprimer solennellement pour la première fois depuis la reprise des violences. Depuis la Maison Blanche, jeudi 20 mai, le président américain a estimé que cette trêve représentait "une vraie opportunité" d'avancer vers la paix. "Je suis convaincu que les Palestiniens et les Israéliens méritent, les uns comme les autres, de vivre en sécurité et de jouir d'un même niveau de liberté, de prospérité et de démocratie, a-t-il déclaré. Mon administration poursuivra ses efforts diplomatiques discrets mais déterminés pour aller vers cet objectif".

Joe Biden a par ailleurs rendu un hommage appuyé à l'Egypte, puissance régionale entretenant à la fois des relations avec Israël et le Hamas. "Je veux exprimer ma reconnaissance au président Al-Sissi et aux hauts responsables égyptiens qui ont joué un rôle absolument crucial", a-t-il souligné.

Dans la foulée, le chef de la diplomatie américaine a annoncé sur Twitter qu'il allait se rendre au Moyen-Orient "dans les prochains jours", "impatient de rencontrer le ministre [israélien] des Affaires étrangères et d'autres responsables israéliens, palestiniens et régionaux", a tweeté Antony Blinken. Ces rencontres auront pour but de "travailler ensemble à la construction d'un avenir meilleur pour les Israéliens et les Palestiniens".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Israël-Palestine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.