Israël : le transfert de l’ambassade américaine vers Jérusalem accentue les deux visages de la ville

Les États-Unis doivent inaugurer lundi leur ambassade transférée de Tel Aviv à Jérusalem. Une installation qui divise Palestiniens et Israéliens dans le quartier choisi.

Le consulat américain de Jérusalem en travaux le 13 mai 2018, en vue de l\'accueil d\'une équipe de l\'ambassade.
Le consulat américain de Jérusalem en travaux le 13 mai 2018, en vue de l'accueil d'une équipe de l'ambassade. (MAXPPP)

Les États-Unis doivent transférer lundi 14 mai, en Israël, leur ambassade de Tel Aviv à Jérusalem. Ce mouvement, annoncé par Donald Trump le 6 décembre, avait entraîné la réprobation de la communauté internationale et des Palestiniens. L'installation, pour une présence encore limitée, divise le quartier choisi. 

Des désaccords dans un environnement déjà divisé

Une petite équipe va s'installer dans les bureaux du consulat général américain, situé entre un lotissement israélien et un quartier palestinien. Il accentue aujourd’hui le fossé. Amir vit à côté du mur d’enceinte. Il est Israélien. Cette installation représente un grand jour pour lui. "C’est un cadeau pour Israël, bien sûr, s'exclame-t-il. Ici on apprécie, c’est cela qu’il fallait faire." De l’autre côté, dans le quartier palestinien de Sur Baher, Abu Ayman peut voir les bâtiments américains depuis sa terrasse. Les Palestiniens, dit-il, se sentent aujourd’hui très seuls. "Je ne pensais que les Américains iraient si loin et qu’ils prendraient clairement parti pour les Israéliens", confie-t-il. Sur le plan diplomatique, l’installation de l’ambassadeur renforce l’emprise israélienne sur la ville de Jérusalem.

Dans les faits, la séparation existe toujours entre l’ouest israélien et l’est palestinien. Samir Sha’abani, Palestinien, vit dans un des quartiers pauvres de la ville. Voisin d’une colonie israélienne, il est le mieux placé pour comparer les deux visages de Jérusalem. "Regardez autour de vous, dit-il. Il désigne un endroit où "il y a tout". "Là, les gens ont des droits c’est tout rose", ajoute-t-il. Et en bas, juste à 200 m, c’est terrible. Pas de parking, pas de service pour la collecte des ordures, rien."

La question des colonies à la une

L’ambassadeur des États-Unis en Israël, qui s’installe aujourd’hui, David Friedman, est un avocat, très proche du président américain. Il est très impliqué dans le soutien de la colonisation. Tzvi Cooper, un Américain qui a voté pour Donald Trump, vit dans une colonie. Il se montre très satisfait du casting et du scénario. "L'ambassadeur Friedman pense que les colonies ne sont pas un obstacle pour la paix", précise-t-il. 

La construction de l’ambassade sera très progressive. Plus de 300 000 dollars ont été débloqués pour monter une annexe l’an prochain. La construction du bâtiment devrait prendre plus de sept ans.  

Les Etats-Unis inaugurent leur ambassade transférée de Tel Aviv à Jérusalem - un reportage d'Etienne Monin
--'--
--'--