Israël : la police recommande l'inculpation de Nétanyahou pour corruption

La décision de le mettre officiellement en examen dépend maintenant du procureur général, qui pourrait mettre plusieurs semaines ou mois avant de trancher.

Benyamin Nétanyahou s\'exprime à la télévision, le 13 février 2018, à Jérusalem.
Benyamin Nétanyahou s'exprime à la télévision, le 13 février 2018, à Jérusalem. (REUTERS)

La pression s'accentue sur l'exécutif. La police israélienne a recommandé, mardi 13 février, à la justice d'inculper pour corruption le Premier ministre, Benyamin Nétanyahou, qui a de nouveau clamé son innocence et exclu de démissionner.

La police a indiqué "qu'il existait suffisamment de preuves contre le Premier ministre pour l'inculper pour avoir accepté des pots-de-vin, pour fraude et abus de confiance" dans deux affaires qui ont demandé deux ans d'enquête.

Benjamin Netanyahu est soupçonné d'avoir reçu des des pots-de-vin sous forme de cadeaux de la part de riches personnalités. La police a également estimé qu'il y avait corruption dans le cadre d'un accord secret qu'il a tenté de passer avec le propriétaire du Yediot Aharonot pour une couverture favorable de la part de ce journal, le plus grand quotidien israélien payant.

"Notre gouvernement terminera son mandat"

La décision de mettre officiellement en examen le dirigeant de 68 ans dépend maintenant du procureur général, qui pourrait mettre plusieurs semaines ou mois avant de trancher.

Lors d'une intervention télévisée, mardi soir, Benyamin Nétanyahou a réfuté les accusations de la police, dont les recommandations "n'ont aucune valeur juridique""Notre gouvernement terminera son mandat et je suis sûr qu'aux prochaines élections [en novembre 2019], j'obtiendrai de nouveau votre confiance", a-t-il assuré, le visage tendu, en s'adressant aux Israéliens.