Israël expulse le directeur local de l'ONG Human Rights Watch

Les autorités, qui accusent Omar Shakir de "soutenir le boycott d'Israël", ont mis fin à son permis de résidence.

Benyamin Nétanyahou, Premier ministre israélien, lors d\'un Conseil des ministres à Jérusalem, le 6 mai 2018.
Benyamin Nétanyahou, Premier ministre israélien, lors d'un Conseil des ministres à Jérusalem, le 6 mai 2018. (JIM HOLLANDER / POOL / AFP)

Les autorités israéliennes ont donné deux semaines au directeur local de l'ONG Human Rights Watch (HRW) pour quitter le pays. Omar Shakir est accusé de participer activement à la campagne de boycott d'Israël menée par le BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions), l'une des bêtes noires des autorités israéliennes"Le ministère a décidé de mettre fin (à son) permis de résidence", selon un communiqué du ministère de l'Intérieur israélien, consulté mercredi 9 mai par l'AFP.

Le BDS est une campagne globale de boycott économique, culturel et scientifique d'Israël, destinée à obtenir la fin de l'occupation et de la colonisation des Territoires palestiniens. Mais l'ONG Human Rights Watch dément que son directeur ait soutenu le BDS, et affirme vouloir saisir la justice israélienne. "Ce n'est pas de Shakir qu'il s'agit, mais bien de museler HRW afin de faire taire les critiques contre les violations des droits de l'Homme en Israël", déclare HRW dans un communiqué.

C'est la première fois qu'Israël ordonne le départ d'un membre de HRW, précise l'ONG. "Mais ce n'est que la plus récente illustration de l'intolérance croissante dont Israël fait preuve vis-à-vis des personnes qui critiquent son bilan en matière de droits humains", ajoute Iain Levine, directeur adjoint de la division Programmes à Human Rights Watch.