Israël : ce que l'on sait du mouvement de foule qui a fait au moins 45 morts lors d'une fête religieuse

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Des dizaines de milliers de fidèles juifs orthodoxes se sont rassemblés au mont Méron, dans le nord d'Israël, pour une célébration religieuse, le 29 avril 2021. (JALAA MAREY / AFP)

Des dizaines de milliers de personnes ont participé, dans la nuit de jeudi à vendredi, à un pèlerinage juif orthodoxe au mont Méron, dans le nord du pays. Les secouristes ont évoqué une "bousculade géante".

Un retour à la vie d'avant qui tourne au cauchemar. Le plus grand rassemblement organisé en Israël depuis le début de la pandémie de Covid-19 a été écourté dans la nuit du jeudi 29 au vendredi 30 avril par un incident qui a coûté la vie à au moins 45 personnes, ont déclaré des secouristes et sources médicales. Un bilan qui pourrait s'alourdir dans les prochaines heures. Franceinfo fait le point sur ce drame.

Une fête religieuse qui rassemble des milliers de pèlerins

L'événement se déroulait dans le nord du pays, au mont Méron où se situe le tombeau présumé de Rabbi Shimon bar Yochaï, un rabbin talmudiste du IIe siècle de l'ère chrétienne auquel on attribue la rédaction du Zohar, ouvrage central de la mystique juive.

Lors de la fête juive de Lag Baomer, organisée le 33e jour du Compte du Omer (calendrier juif), un pèlerinage est organisé sur son tombeau. La fête est joyeuse et célèbre la vie du rabbin ainsi que la fin d'une épidémie dévastatrice qui avait frappé, au IIe siècle, les élèves d'une école talmudique. Traditionnellement, des centaines de milliers de fidèles juifs orthodoxes affluent en Galilée à l'occasion de cette fête. Le pélerinage avait dû être annulé en 2020, à cause de la pandémie de Covid-19.

Le protocole autorisait 10 000 personnes dans l'enceinte du tombeau

Du fait du contexte épidémique, les autorités avaient permis la présence de 10 000 personnes dans l'enceinte du tombeau. Une jauge importante, mais qui s'explique dans le contexte de déconfinement en vigueur en Israël. Le pays a réussi à administrer au moins une dose de vaccin à près de 60% de sa population, selon les dernières données de Our World in Data. Les grands rassemblements extérieurs sont donc désormais autorisés, mais restent encadrés.

Sauf que la jauge fixée par les autorités n'aurait pas été respectée. Selon les organisateurs, plus de 650 bus ont été affrétés dans tout le pays, permettant donc de transporter au minimum 30 000 personnes sur place. La presse locale a fait quant à elle état de 100 000 personnes sur place. Sur les images précédant l'incident et filmées sur les lieux, on pouvait voir une foule compacte.

Les causes du mouvement de foule sont encore inconnues

La célébration a été interrompue par des mouvements de foule importants, dont les causes exactes ne sont pas encore connues. Les secouristes ont d'abord évoqué un effondrement de gradins pour expliquer les blessés, avant de parler de mouvements de foule et de "bousculade géante"Yehuda Gottlieb, un secouriste œuvrant sur place pour l'organisation United Hatzalah, a expliqué avoir vu des hommes être "écrasés" et "perdre conscience".

Des images relayées sur les réseaux sociaux montrent une procession qui fend une foule hyper-compacte et s'approche d'une structure métallique où des religieux se tiennent debout aux abords d'un feu. 

Le bilan s'élève à au moins 45 morts

Après minuit, les appels d'urgence aux secouristes se sont multipliés, et six hélicoptères ont été déployés afin d'évacuer des blessés dans des hôpitaux de Safed et Nahariya, deux villes du nord du pays. Depuis Safed, des blessés ont été hélitreuillés à Jérusalem et Tel-Aviv. L'armée israélienne a confirmé avoir envoyé des hélicoptères pour porter secours aux victimes.

Des dizaines d'ambulances se sont pressées aux abords du site religieux pour permettre l'évacuation des corps et des blessés. Le bilan s'est alourdi au fil de la nuit, passant de 20 blessés à des "dizaines" de morts, puis à au moins 45 morts. Cent cinquante personnes seraient blessées, dont certaines dans un état critique, rapporte The Times of Israel (en anglais).

Le pays endeuillé

Israël s'est réveillé sous le choc vendredi. "La catastrophe du mont Meron est l'une des plus graves qui ait frappé l'Etat d'Israël", a tweeté Benyamin Nétanyahou, qui a appelé la population à "prier pour sauver les blessés"Il s'est rendu sur les lieux dans la matinée de vendredi. 

"Israël tout entier prie pour la guérison des survivants", a réagi le chef de l'opposition Yaïr Lapid, confiant suivre avec "anxiété" l'évolution de la situation. "C'est l'une des plus grandes catastrophes de l'histoire de l'Etat d'Israël", a regretté Naftali Bennett, le chef du parti nationaliste Nouvelle Droite, sur Twitter.

Un point de vue partagé par Dov Maisel, vice-président de l'organisation secouriste United Hatzalah. Il a réagi dans la nuit dans une vidéo, estimant que "c'est de loin l'un des pires désastres" connus par le pays. Le commandant de la police de la région nord, Shimon Lavi, a également qualifié la nuit de "tragique", expliquant à la presse qu'il "endossait la responsabilité" de la catastrophe.

Haïm Korsia, grand rabbin de France, a manifesté vendredi matin son émotion et transmis ses pensées aux proches des victimes de l'incident. "La France adresse ses sincères condoléances aux familles et aux proches des victimes de cette tragédie et souhaite un prompt rétablissement aux blessés", a réagi le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères dans la foulée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Israël-Palestine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.