Info franceinfo Le bureau de l'Assemblée nationale va examiner la création d'un groupe d'amitié France-Palestine

Un vote doit avoir lieu, le 15 mai prochain, pour décider ou non de transformer l'actuel groupe d'études France-Palestine en groupe d'amitié.
Article rédigé par Elie Abergel
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Photo d'illustration de l'Assemblée nationale. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Le bureau de l'Assemblée nationale va examiner la création d'un groupe d'amitié France-Palestine, révèle samedi 27 avril le service politique de franceinfo. Un vote doit avoir lieu le 15 mai prochain, pour décider ou non de transformer l'actuel groupe d'études France-Palestine en groupe d'amitié, comme celui qui existe pour France-Israël.

Certains députés, favorables à la démarche, y voient un pas de plus vers une reconnaissance de la Palestine par la France. C'est le cas d'Eric Coquerel : "Un groupe d'étude, c'est pour un peuple, un groupe d'amitié, c'est pour un Etat", résume à franceinfo le député LFI de Seine-Saint-Denis, qui ajoute : "Symboliquement, cela serait très fort".

Le député Modem du Loiret, Richard Ramos, président de l'actuel groupe d'études France-Palestine y voit, lui aussi, une avancée : "Si le bureau vote pour la création d'un groupe d'amitié, l'Assemblée nationale reconnaît la Palestine". Richard Ramos estime en effet que "ce vote irait plus loin" que ce qui s'est passé en 2014, quand l'Assemblée nationale s'était prononcée pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine. Pour l'élu, cette fois c'est l'Assemblée nationale comme institution qui reconnaîtrait la Palestine et pas uniquement les députés présents à un instant T. Selon l'entourage de la présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet, les avis des membres du bureau de l'Assemblée qui devront trancher sont très partagés sur la question.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.