Guerre Israël-Hamas : plus de vingt pays sont désormais membres de la coalition en mer Rouge contre les houthis

La Grèce a annoncé jeudi faire partie de la coalition, aux côtés de la France, le Royaume-Uni, Bahreïn, le Canada, l'Italie, les Pays-Bas, la Norvège, l'Espagne, et les Seychelles.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une capture d'écran d'une vidéo diffusée par les rebelles houthis, montrant l'attaque du cargo "Galaxy Leader" en mer Rouge, le 20 novembre 2023. (HOUTHIS MEDIA CENTER / ANADOLU / AFP)

Plus de vingt pays ont désormais rejoint la coalition menée par les Etats-Unis et visant à défendre le trafic maritime en mer Rouge, a annoncé le Pentagone jeudi 21 décembre. Une récente vague d'attaques menées contre des navires par les rebelles houthis, avec des drones et des missiles, menace de perturber les flux du commerce mondial, les principales firmes de transport maritime ayant interrompu le passage par le détroit de Bab el-Mandeb.

Face à cette situation, Washington a mis sur pied en début de semaine une nouvelle force multinationale de protection maritime. La Grèce a annoncé jeudi faire partie de la coalition, aux côtés des premiers pays partenaires : la France, le Royaume-Uni, Bahreïn, le Canada, l'Italie, les Pays-Bas, la Norvège, l'Espagne et les Seychelles.

Les rebelles qualifiés de "bandits"

Les rebelles yéménites "attaquent la prospérité et le bien-être économique des nations à travers le monde", a déclaré jeudi le porte-parole du Pentagone, les qualifiant de "bandits". Cette coalition militaire "doit faire office de gendarme routier, patrouillant en mer Rouge et dans le golfe d'Aden pour répondre aux [appels de] bateaux commerciaux qui passent par cette voie internationale vitale, et les aider si besoin", a-t-il ajouté.

Il a demandé aux Houthis de cesser leurs attaques en mer Rouge. Un haut-responsable de ce groupe de rebelles yéménites, soutenu par l'Iran, a déclaré plus tôt dans la semaine que ces attaques s'arrêteraient seulement "si Israël cesse ses crimes et que la nourriture, les médicaments et le carburant parviennent à la population assiégée" de la bande de Gaza, dans le cadre du conflit entre Israël et le Hamas.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.