Guerre Israël-Hamas : ce qu'il faut retenir de la journée du samedi 23 mars

Une distribution d'aide alimentaire à Gaza a de nouveau tourné au drame, le Hamas affirmant que 19 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens, une accusation démentie par l'armée.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Des Palestiniens blessés dans la ville de Gaza sont évacués vers un hôpital, le 23 mars 2024. (DAWOUD ABO ALKAS / ANADOLU / AFP)

Le patron de l'ONU Antonio Guterres s'est rendu aux portes de la bande de Gaza, samedi 23 mars, où il a appelé à un cessez-le-feu entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas. Le même jour, une distribution d'aide alimentaire à Gaza a de nouveau tourné au drame, le Hamas affirmant que 19 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens, une accusation démentie par l'armée. Franceinfo fait le point sur les principales informations relatives au conflit israélo-palestinien.

Israël nie des tirs sur des Gazaouis attendant de l'aide, le Hamas déplore 19 morts

Une distribution d'aide alimentaire à Gaza a de nouveau tourné au drame, le Hamas affirmant que 19 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens, une accusation démentie par l'armée.

Le ministère de la Santé du Hamas a d'abord annoncé que neuf personnes avaient été tuées par des "tirs de chars et d'obus de l'armée d'occupation israélienne" lors d'une distribution d'aides prévue au rond-point Koweït aux abords de la ville de Gaza, avant que le service de presse du mouvement islamiste palestinien fasse état d'un nouveau bilan de 19 morts et 23 blessés.

L'armée israélienne a nié avoir tiré sur des Palestiniens attendant cette distribution. "Les informations affirmant que les forces israéliennes ont attaqué des dizaines de Gazaouis près d'un convoi d'aide sont incorrectes", a indiqué l'armée dans un communiqué. Selon "de premiers éléments", "il n'y a pas eu de frappe aérienne contre le convoi, ni de tirs par des forces [israéliennes] sur les gens près du convoi d'aide", a-t-elle affirmé. L'armée a ajouté que des soldats accompagnaient ce même convoi d'aide qui selon elle a été intercepté puis "pillé par des centaines de Gazaouis".

Israël dit qu'il poursuivra son opération à l'hôpital al-Chifa jusqu'à la capture "du dernier terroriste"

L'armée israélienne a assuré qu'elle comptait poursuivre ses opérations menées depuis lundi à l'hôpital al-Chifa de Gaza jusqu'à la capture "du dernier terroriste". "Nous finirons cette opération seulement quand le dernier terroriste sera entre nos mains – vivant ou mort", a dit sur place le commandant en chef de la région Sud, Yaron Finkelman, dans une déclaration publiée par les forces armées israéliennes.

"L'opération ici à al-Chifa est importante" et "compliquée", a-t-il commenté, ajoutant qu'elle avait permis de "frapper des centaines de terroristes" et "d'appréhender des centaines" d'autres. Plus tôt samedi, l'armée avait précisé avoir tué en tout plus de 170 combattants palestiniens et arrêté des centaines de suspects au cours de ces raids.

Le chef de l'ONU appelle à mettre fin au "cauchemar" à Gaza

Le patron de l'ONU Antonio Guterres s'est rendu aux portes de la bande de Gaza dévastée par la guerre et au bord de la famine, où il a appelé à un cessez-le-feu entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas pour mettre fin au "cauchemar".

"Rien ne justifie les attaques horribles du Hamas le 7 octobre. Et rien ne justifie la punition collective subie par le peuple palestinien. Maintenant plus que jamais, il est temps d'un cessez-le-feu humanitaire immédiat", a-t-il lancé à Rafah, en appelant aussi le Hamas à "relâcher immédiatement tous les otages" enlevés le 7 octobre.

Ces dernières 24 heures, les bombardements incessants israéliens ont fait plus de 70 morts à travers le petit territoire palestinien où la plupart des 2,4 millions d'habitants sont menacés de famine selon l'ONU.

Le chef de la diplomatie d'Israël qualifie l'ONU d'"organisation anti-israélienne"

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Israël Katz, a qualifié sur X l'ONU d'"organisation anti-israélienne", après la visite au bord de la bande de Gaza du secrétaire général Antonio Guterres.

"Sous son leadership, l'ONU est devenue une organisation antisémite et anti-israélienne qui abrite et encourage le terrorisme", a écrit sur son compte X Israël Katz, ajoutant que "Antonio Guterres est venu aujourd'hui du côté égyptien du passage de Rafah et a blâmé Israël pour la situation humanitaire à Gaza (...)".

Le Hamas évoque des "profondes divergences" lors des discussions sur une trêve

Un responsable du Hamas a fait état de "profondes divergences" avec Israël dans les discussions sur une trêve à Gaza, notamment sur le cessez-le-feu et les aides humanitaires.

"L'ennemi a pris la flexibilité de notre mouvement pour de la faiblesse. L'occupant tente d'utiliser les négociations comme un moyen de poursuivre ses crimes et son agression", a déclaré ce responsable familier des négociations en cours à Doha, sous couvert d'anonymat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.