Israël-Palestine : onze Palestiniens tués en Cisjordanie dans des heurts avec l'armée israélienne

Ces morts surviennent sur fond d'une escalade militaire inédite depuis 2014 entre Israël et le mouvement palestinien Hamas.

Dix Palestiniens ont été tués en Cisjordanie occupée, le 13 mai 2021, dans plusieurs heurts avec l\'armée israélienne en marge d\'une vaste journée de manifestations de colère. 
Dix Palestiniens ont été tués en Cisjordanie occupée, le 13 mai 2021, dans plusieurs heurts avec l'armée israélienne en marge d'une vaste journée de manifestations de colère.  (MAMOUN WAZWAZ / ANADOLU AGENCY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Onze Palestiniens ont été tués en Cisjordanie occupée, dans plusieurs heurts avec l'armée israélienne en marge d'une vaste journée de manifestations de colère, selon un dernier bilan du ministère de la Santé palestinien, vendredi 14 mai. D'après cette même source, la plupart de ces Palestiniens ont été tués à balles réelles par l'armée israélienne, lors de manifestations ayant dégénéré en affrontements. Quelque 150 personnes ont également été blessées dans ces heurts. 

Violents affrontements en Cisjordanie occupée, raids israéliens sur Gaza, villes barricadées après des heurts entre Juifs et Arabes... Israël combattait sur plusieurs fronts vendredi, dans ce nouveau conflit qui a fait plus de 130 morts, en majorité palestiniens, en quatre jours.

 126 Palestiniens tués à Gaza, neuf morts en Israël. Le bilan des affrontements entre le Hamas et l'Etat hébreu s'alourdit. Le conflit a entraîné la mort de 126 Palestiniens, dont 31 enfants, et fait 950 blessés dans la bande de Gaza depuis le début des frappes aériennes israéliennes, lundi soir. Du côté de l'Etat hébreu, neuf personnes ont été tuées dont un enfant et plus de 560 blessées.

 Mort d'un Libanais blessé par des tirs israéliens à la frontière. Vendredi, un manifestant libanais a succombé à ses blessures infligées par des tirs israéliens, lors d'un rassemblement à la frontière d'Israël pour protester contre les frappes de l'Etat hébreu sur Gaza, a annoncé l'agence nationale d'information (ANI).

Berlin dénonce les "attaques terroristes" du Hamas. L'Allemagne a estimé, vendredi, que les tirs de roquettes des islamistes du Hamas vers Israël étaient des "attaques terroristes" et a prévenu qu'elle ne tolèrerait pas de "manifestations antisémites" sur son sol. "Quiconque attaque une synagogue, quiconque endommage des symboles juifs montre qu'il ne s'agit pas de la critique d'un Etat, de la politique d'un gouvernement, mais d'une agression et de haine contre une religion et ceux qui y appartiennent", a déclaré lors d'une conférence de presse le porte-paole du gouvernement, Steffen Seibert. "Notre démocratie ne tolérera pas les manifestations antisémites", a-t-il prévenu. 

 L'armée israélienne dément finalement être entrée dans la bande de Gaza. Quelques heures après avoir annoncé qu'elle lançait une attaque terrestre et aérienne dans la bande de Gaza, l'armée israélienne a fait marche arrière, tôt vendredi. Son porte-parole a évoqué "un problème de communication en interne" pour justifier ce démenti, et précisé "qu'il n'y avait actuellement pas de troupes dans la bande de Gaza", seulement des bombardements depuis l'extérieur du territoire.

 Les combats s'intensifient. Des tirs de roquettes d'un côté, des raids aériens de l'autre. Selon l'armée israélienne, plus de 1 750 roquettes ont été lancées par le mouvement islamiste Hamas depuis la bande de Gaza, dont environ 90% ont été interceptées par le bouclier antimissile "Dôme de Fer". Les forces israéliennes ripostent en bombardant des sites du Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, où des centaines de personnes ont dû quitter leurs maisons précipitamment pour fuir les frappes.

 L'ONU se réunira dimanche. Le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra une réunion virtuelle publique sur le conflit israélo-palestinien, ont expliqué jeudi des diplomates. Les Etats-Unis, qui avaient refusé une réunion d'urgence dès vendredi et proposé qu'elle se tienne mardi, "ont été d'accord pour avancer la réunion à dimanche". Le secrétaire général de l'organisation, Antonio Guterres, a lui appelé jeudi soir à "une désescalade et une cessation des hostilités immédiates à Gaza et en Israël".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ISRAEL

23h30 : Nous évoquions tout à l'heure la mort d'un manifestant libanais à la frontière israélienne, blessé par des tirs israéliens. Il s'agit d'un membre du Hezbollah, ont indiqué depuis le mouvement armé et l'agence nationale d'information (ANI) libanaise.

23h10 : Les violences se sont poursuivies aujourd'hui en Cisjordanie, avec 11 Palestiniens tués et plus de 150 blessés, selon les autorités palestiniennes. La plupart des Palestiniens tués l'ont été à balles réelles lors de manifestations ayant dégénéré en affrontements avec l'armée dans plusieurs localités, selon le ministère de la Santé.

22h54 : Bonsoir @Melchior, l'article 431-9 du Code pénal punit de six mois d'emprisonnement et de 7 500 euros d'amende le fait d'avoir organisé une manifestation sur la voie publique ayant été interdite dans les conditions fixées par la loi.

22h52 : Bonjour FI. Sur le plan du droit, les organisateurs qui appellent à manifester malgré une interdiction préfectorale risquent-ils une sanction ? Merci.

22h36 : "Nous serons présents [au métro] Barbès demain à 15 heures", a affirmé l'Association des Palestiniens en Ile-de-France, dans un communiqué signé avec d'autres organisations. "Participer à une manifestation interdite fait l'objet d'une verbalisation à hauteur de 135 euros", a rappelé plus tôt la préfecture de police de Paris.

23h04 : Mais les organisateurs de la manifestation ont de leur côté maintenu leur appel à manifester, en dépit de l'interdiction confirmée par la justice, refusant de "taire [leur] solidarité avec les Palestiniens".

22h31 : "[Il faut] préserver la paix civile des Français juifs, spécifiquement menacés à travers ce type de manifestations."


Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) a fait part sur franceinfo de sa "grande satisfaction" après l'interdiction de la manifestation pro-palestinienne prévue demain à Paris.

22h24 : Bonsoir , un préfet peut décider d'interdire tout rassemblement qui présenterait "un risque trouble à l'ordre public", selon l'article L211-4 du Code de la sécurité intérieure. Mais la préfecture doit justifier sa décision. Plus d'informations dans notre article.

22h23 : Bonsoir Mathilde. Outre les affrontements qui peuvent avoir lieu (mais comme dans toute manif), au nom de quel article de loi, quel décret ou autres peut-on interdire les manifestations pour les Palestiniens ?

21h37 : Trois roquettes ont été tirées depuis la Syrie en direction d'Israël, affirme l'armée israélienne. Une roquette est tombée en territoire syrien et les deux autres se sont abattues sur des zones non-habitées du nord d'Israël, selon elle. Il s'agit d'une première depuis les nouvelles violences entre l'armée israélienne et le Hamas palestinien.

20h50 : Après la confirmation par le tribunal administratif de Paris de l'interdiction de la manifestation en soutien aux Palestiniens, prévue demain dans la capitale, la préfecture de police rappelle sur Twitter que "participer à une manifestation interdite fait l'objet d'une verbalisation à hauteur de 135 euros".

19h43 : Mohammad Hattan, 21 ans, est mort à l'hôpital public de Marjayoun, dans le sud du Liban. Le jeune homme, ainsi qu'un autre Libanais, avaient été touchés "par le tir de deux obus israéliens tombés près des manifestants dont certains ont tenté de pénétrer dans la localité frontalière de Metoulla" dans le nord d'Israël, a-t-elle aussi précisé.

19h43 : Un manifestant libanais a succombé à ses blessures infligées par des tirs israéliens lors d'un rassemblement à la frontière d'Israël pour protester contre les raids israéliens sur l'enclave palestinienne de Gaza, selon une agence de presse libanaise.

19h21 : "Le Tribunal administratif de Paris a rejeté notre requête sans tenir d’audience. Nous saisissons donc le Conseil d'Etat en appel", écrit également sur Twitter Sefen Guez Guez.

19h21 : Le tribunal administratif de Paris a rejeté le recours des organisateurs de la manifestation en soutien aux Palestiniens, prévue samedi à Paris mais annulée par la préfecture de police, a appris franceinfo auprès de leur avocat.

18h27 : "Le cessez-le-feu va intervenir. (...) Sauf que pour l'obtenir, il faut que les deux belligérants puissent se satisfaire, soit d'une victoire militaire, soit de pouvoir sortir la tête haute de la crise vis-à-vis de leur propre opinion publique. Aujourd'hui, on n'y est pas."

On assiste actuellement au Proche-Orient à "un bras de fer entre chefs", a estimé sur franceinfo Frédéric Encel, docteur en géopolitique.

18h15 : Des milliers de personnes ont participé aux plus grands rassemblements organisés en Jordanie ces derniers jours en solidarité avec les Palestiniens de Jérusalem et Gaza. Aux cris de "La Jordanie salue la Palestine arabe", les manifestants ont marché un kilomètre avant d'être arrêtés par un imposant barrage des force de l'ordre.





(KHALIL MAZRAAWI / AFP)

18h19 : On fait le point sur l'actualité :

Quatre Palestiniens ont été tués depuis ce matin en Cisjordanie, selon un nouveau bilan du ministère de la Santé palestinien et du Croissant rouge. Des manifestations se tiennent dans plusieurs villes palestiniennes de Cisjordanie comme Naplouse, Qalqilya, Tulkarem et Jénine. Suivez notre direct.

•Un policier a été gravement blessé à la tête au cours d'une intervention à Rive-de-Gier (Loire) cette nuit. Son pronostic vital est "toujours engagé". Franceinfo vous résume ce que l'on sait de cette agression.

•La deuxième année de la pandémie est en passe de faire plus de morts que l'an dernier, a prévenu l'OMS au moment où plusieurs pays entrevoient l'espoir d'une vie plus normale. Toutes les informations sont à retrouver dans notre direct.

L'Australien Caleb Ewan remporte la 7e étape du Giro.

16h57 : "Ils payent et continueront de payer chèrement. Ce n'est pas encore fini", a assuré Benyamin Nétanyahou. Le Premier ministre israélien a prévenu que les raids sur la bande de Gaza n'allaient pas prendre fin prochainement.

16h59 : Quatre Palestiniens ont été tués depuis ce matin en Cisjordanie dans des heurts avec l'armée israélienne, selon un nouveau bilan du ministère de la Santé palestinien.

15h55 : Depuis le début de nouvelles violences entre Israéliens et Palestiniens, les réactions internationales restent mesurées. L'absence d'implication des Etats-Unis, habituellement à la manœuvre dans ce dossier, est notamment en cause. Pourquoi la communauté internationale se contente-t-elle d'appels au calme ? Eléments de réponse dans cet article.

Une explosion dans la ville de Gaza (Palestine), le 13 mai 2021. (HATEM MOUSSA / AP)

(HATEM MOUSSA / AP)

14h18 : Dans cet article, Libération détaille le type de roquettes tirées vers Israël depuis le début du conflit. Sur leur site internet, les brigades Izz al-Din al-Qassam, la branche armée du Hamas, disent notamment avoir utilisé des missiles A-120 et SH85 (d'une portée respective de 120 km et 85 km).

14h17 : Bonjour @Kat. Trois roquettes ont été tirées hier soir du Liban vers Israël, mais elles sont tombées en mer Méditerranée, selon l'armée. D'après une source militaire libanaise à l'AFP, les projectiles ont été tirés d'un secteur proche d'un camp de réfugiés palestiniens.

14h15 : Bonjour Élise Lambert et merci pour ce live !Hier, vous mentionniez que des roquettes avaient été tirées depuis le nord du Liban mais l'origine était restée inconnue. Avez vous eu depuis des précisions ? Merci

14h01 : Il est 14 heures, l'heure du point sur l'actualité :

L'Allemagne a estimé que les tirs de roquettes du Hamas vers Israël étaient des "attaques terroristes" et a prévenu qu'elle ne tolèrerait pas de "manifestations antisémites" sur son sol. Retrouvez toutes les informations à ce sujet dans notre direct.

L'organisateur de la manifestation de soutien aux Palestiniens à Paris, initialement prévue demain et qui a été interdite, a déposé un recours devant le tribunal administratif au nom de "la liberté d'expression" et de "la liberté de réunion".

La quarantaine obligatoire pour entrer en France est étendue aux voyageurs venant du Bahreïn, de Colombie, du Costa Rica et de l'Uruguay. Suivez notre direct.

• Valentin Marcone, soupçonné du meurtre de son patron et d'un collègue d'une scierie où il était employé aux Plantiers (Gard) mardi, est toujours en fuite. Les autorités estiment qu'il n'a pas été aidé de complices. Voici ce que l'on sait de son profil.

13h54 : Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a prévenu : "Quelle que soit la décision du tribunal, de très nombreux policiers et gendarmes seront mobilisés à Paris" samedi.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin en discussion avec des policiers à Marseille, le 25 février 2021. (NICOLAS TUCAT / AFP)


(NICOLAS TUCAT / AFP)

13h57 : L'organisateur de la manifestation de soutien aux Palestiniens à Paris a déposé un recours devant le tribunal administratif au nom de "la liberté d'expression" et de "la liberté de réunion". Le tribunal devrait statuer aujourd'hui ou samedi matin au plus tard.

13h34 : L'Autriche a hissé sur des bâtiments officiels le drapeau israélien en signe de "solidarité" face aux "attaques" dirigées "depuis la bande de Gaza" par "le Hamas et d'autres groupes terroristes".



(HELMUT FOHRINGER / APA / AFP)

13h26 : À Gaza, des centaines d’habitants doivent abandonner leur maison pour fuir les frappes israéliennes. "Il y a beaucoup de bombardements. Et les enfants ont tous peur. Même nous, les adultes, on a grandi avec la guerre depuis notre enfance, et on a peur", confie une Palestinienne. Reportage de France 2.

12h52 : L'Allemagne qualifie les tirs de roquettes du Hamas vers Israël d'"attaques terroristes" et prévient qu'elle ne tolèrera pas de "manifestations antisémites" sur son sol. Mardi soir, des drapeaux de l'Etat hébreu ont été brûlés devant deux synagogues, à Bonn et à Münster.

12h37 : La maire PS de Paris, Anne Hidalgo, estime que l'interdiction par le gouvernement de la manifestation pro-palestinienne de samedi est une "décision sage". "Nous avons connu en 2014 une manifestions extrêmement violente, très difficile. La situation est de très très grande tension", a-t-elle justifié sur radio J.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, à Paris, le 24 avril 2021.  (BERTRAND GUAY / POOL / AFP)


(BERTRAND GUAY / AFP)

12h30 : Bonjour , en juillet 2014, plusieurs manifestations avaient été organisées en France, pour dénoncer l'offensive israélienne dans la bande de Gaza appelée "Bordure protectrice". Le 19 juillet notamment, plusieurs milliers de manifestants avaient bravé l'interdiction de manifester à Barbès à Paris. Des affrontements avaient eu lieu entre des participants et les forces de l'ordre, raconte France 2.

12h46 : Bonjour FI, quels étaient les "troubles à l'ordre public" de 2014 utilisés par Mr Darmanin pour justifier l'interdiction de manifestations pro-palestiniennes demain ? Merci

12h08 : Voici le point sur l'actualité à la mi-journée :

Israël continue de pilonner ce matin l'enclave palestinienne de la bande de Gaza avec des frappes aériennes et des tirs d'artillerie. Les islamistes du Hamas, au pouvoir à Gaza, dénombrent plus de 100 morts. Côté israélien, le bilan est passé à huit morts, avec le décès d'une dame âgée ayant succombé à des blessures infligées en tentant de se rendre dans un abri antibombes, et des centaines de blessés.

La manifestation en soutien au peuple palestinien prévue samedi à Paris a été interdite à la demande du gouvernement en raison de "risques de troubles à l'ordre public". Les organisateurs et La France insoumise ont dénoncé une provocation et une atteinte à la démocratie.

"Il faut tenir." Jean Castex, en déplacement ce matin dans un centre de vaccination d'Auch, dans le Gers, a exhorté les Français à continuer à respecter les restrictions sanitaires avant l'arrivée de "beaucoup de doses en juin".

#GARD Valentin Marcone, soupçonné du meurtre de son patron et d'un collègue d'une scierie où il était employé aux Plantiers (Gard) mardi, est toujours en fuite. Les autorités estiment qu'il n'a pas été aidé de complices. Voici ce que l'on sait de son profil.

11h51 : "Il ne peut pas y avoir de manifestation de haine ou de manifestation antisémite. (...) Le conflit israélo-palestinien est extrêmement touchant. Nous avons tous des opinions face aux images. Mais ce conflit ne doit pas s'exporter sur le territoire national."

En déplacement à Lille, Gérald Darmanin est revenu sur l'interdiction de la manifestation parisienne en soutien aux Palestiniens, prévue samedi.

11h00 : Bonjour @Marie. Nous avons publié avant-hier (et mis à jour il y a quelques minutes) un article qui revient sur les raisons de la flambée de violence à Jérusalem et dans les territoires occupés. N'hésitez pas à le consulter.

11h00 : Bonjour, avez-vous un article résumant ce qui se passe actuellement en Israël ? Je n'ai pas suivi comment ce nouvel embrasement a commencé. Merci!

10h13 : Depuis le début lundi de ce nouveau cycle de violences, 119 Palestiniens, dont 31 enfants, ont été tués dans la bande de Gaza, et 830 personnes ont été blessées, selon un dernier bilan du ministère local de la Santé. En Israël, où le bouclier antimissile "Dôme de fer" a intercepté environ 90% des quelque 1 800 roquettes tirées cette semaine depuis Gaza, le bilan est passé à huit morts, avec le décès d'une dame âgée ayant succombé à des blessures infligées en tentant de se rendre dans un abri antibombes, et des centaines de blessés.

10h12 : L'armée israélienne indique ce matin avoir multiplié les bombardements durant la nuit "pour infliger des dommages sévères aux tunnels" qui permettent aux combattants et dirigeants du Hamas de circuler à travers la bande de Gaza à l'abri des caméras de l'Etat hébreu. Le mouvement islamiste a de son côté des centaines de roquettes vers Israël.

09h06 : Voici le point sur l'actualité à 9 heures :

La manifestation en soutien au peuple palestinien prévue samedi à Paris a été interdite à la demande du gouvernement en raison de "risques de troubles à l'ordre public". Les organisateurs et La France insoumise ont dénoncé une provocation et une atteinte à la démocratie.

Guerre psychologique ou simple erreur ? Après avoir annoncé la présence de ses soldats dans la bande de Gaza, l'armée israélienne a fait marche arrière cette nuit, évoquant un "problème de communication en interne".

La situation sanitaire continue son embellie en France. Le nombre de malades du Covid-19 dans les services de réanimation a poursuivi sa baisse hier, passant sous la barre des 4 500, tandis que le nombre d'hospitalisations continue également sa décrue.

#GARD Valentin Marcone, soupçonné du meurtre de son patron et d'un collègue d'une scierie où il était employé aux Plantiers (Gard) mardi, est toujours en fuite. Les autorités estiment qu'il n'a pas été aidé de complices. Voici ce que l'on sait de son profil.

08h44 : Bonjour à tous les deux ! Vous me posez une colle, mais j'ai quand même une piste. Je sais que les télégrammes que les particuliers pouvaient envoyer ont disparu en France il y a trois ans, tout comme ce que l'on appelait les "télégrammes diplomatiques" qui circulaient entre les ambassades. En revanche, le ministère de l'Intérieur continue bien à en envoyer. Mais comme le suggère @lalou, il s'agit vraisemblablement d'une simple terminologie interne. J'ai ainsi trouvé un télégramme envoyé l'an dernier aux préfets par Christophe Castaner, à l'époque encore ministre de l'Intérieur. Comme vous pouvez le constater (attention, c'est un PDF), il s'agit d'un document tout ce qu'il y a de plus classique.

08h44 : Bonjour FI! Et merci pour votre bonne humeur et votre dynamisme!Le ministre de l'intérieur a envoyé un télégramme aux préfets ? C'est pas un peu désuet à l'heure du numérique ? Il doit y avoir une raison juridique là-dessous mais j'avoue que je pensais que ce service postal n'existait plus...

08h44 : Bonjour Je lis que M. Darmanin a envoyé un « télégramme » aux préfets.> Sérieux, un télégramme ??... ça existe encore ?? 🥸JPM

08h31 : "En faisant ça, monsieur Darmanin suscite des risques de violences et de heurts. En fait, c'est une provocation de sa part." Invité des "4 Vérités" de France 2 ce matin, le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis Eric Coquerel a dénoncé l'interdiction par le ministère de l'Intérieur de la manifestation en soutien au peuple palestinien prévue samedi à Paris.

06h57 : Bonjour et merci pour votre question. Invoquant le risque de violences, Gérald Darmanin a envoyé un télégramme aux préfets leur demandant de suivre de près les rassemblements prévus dans différentes villes (Lille, Lyon, Marseille, Nancy, Rennes, Saint-Etienne, Strasbourg, Toulouse...). Il les enjoint notamment d'"anticiper les risques de débordement" et de "ne pas hésiter" à "interdire" les manifestations si leurs déclarations sont "hors délai", représentent un risque de "troubles à l'ordre public" ou ne "respectent pas les règles de l'état d'urgence sanitaire". Nous devrions y voir plus clair dans les prochaines heures.

06h57 : Bonjour FI. Est-ce que des manifestations pour le retour de la paix en Palestine sont autorisees ailleurs qu'à Paris. Merci et bonne journee.