Guerre entre Israël et le Hamas : des milliers de Palestiniens fuient les bombardements sur la bande de Gaza

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Les corps des Palestiniens sont amenés à l'hôpital d'Al-Aqsa après une attaque de l'armée israélienne sur le camp de réfugiés de Maghazi à Deir Al Balah, à Gaza, le 3 juillet 2024. (ASHRAF AMRA / ANADOLU / AFP)
L'OMS a annoncé que presque tous les patients de deux hôpitaux du sud du territoire palestinien, l'hôpital européen et l'hôpital de campagne du Comité international de la Croix-Rouge, ont décidé de fuir.

Ce qu'il faut savoir

Ce direct est désormais terminé.

L'armée israélienne a bombardé la bande de Gaza, mercredi 3 juillet, où les combats se poursuivent notamment dans le Nord. Dans le sud de l'enclave palestinienne, des milliers de familles ont fui depuis lundi des secteurs de l'est de Rafah et de Khan Younès, contraintes de repartir en quête d'eau, de nourriture et d'abris à travers le territoire dévasté par près de neuf mois de guerre. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé que presque tous les patients de deux hôpitaux du sud du territoire palestinien, l'hôpital européen et l'hôpital de campagne du Comité international de la Croix-Rouge, ont décidé de fuir.

Benyamin Nétanyahou ne veut pas céder au "défaitisme" et maintient ses objectifs. Le Premier ministre israélien a affirmé mardi ne pas vouloir "succomber aux sirènes du défaitisme", assurant que la guerre dans la bande de Gaza se terminerait lorsque tous les objectifs seraient "atteints". Le dirigeant israélien a réagi à des déclarations anonymes reprises dans le journal américain New York Times, indiquant que son pays serait prêt à mettre un terme à la guerre sans avoir atteint ses objectifs.  

Emmanuel Macron appelle Benyamin Nétanyahou à ne pas engager de "nouvelle opération" à Khan Younès et Rafah. Lors d'un entretien téléphonique, le chef de l'Etat "a marqué son opposition à toute nouvelle opération israélienne (...), qui ne ferait qu'aggraver un bilan humain et une situation humanitaire, déjà catastrophique", précise l'Elysée.

Quatre morts dans une frappe israélienne dans un camp de réfugiés, selon le ministère palestinien de la Santé. "Un appareil aérien (...) a frappé une cellule terroriste dans la région de Nour Shams alors qu'ils préparaient un engin explosif", a annoncé l'armée israélienne sur Telegram. Selon l'agence de presse officielle palestinienne Wafa, quatre hommes, âgés de 20 à 25 ans, ont été tués par une frappe de drone israélien sur ce même camp.

Le Live

L'actu en continu
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #ISRAEL_PALESTINE Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), presque tous les patients de deux hôpitaux du sud du territoire palestinien, l'Hôpital européen et l'Hôpital de campagne du Comité international de la Croix-Rouge, ont décidé de fuir vers le sud, alors que l'armée israélienne bombarde la bande de Gaza et qu'un ordre d'évacuation fait craindre une nouvelle opération militaire d'envergure.
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #ISRAEL_PALESTINE "Un commandant du Hezbollah responsable d'un des trois secteurs du sud du Liban a été tué dans une frappe israélienne visant un véhicule à Tyr", a indiqué à l'AFP une source proche du parti pro-iranien, qui échange quotidiennement des tirs à la frontière avec Israël depuis le 8 octobre.
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #ISRAEL_PALESTINE Les opérations israéliennes se multiplient depuis quelques semaines dans le camp de Nour Shams, dans le nord de la Cisjordanie occupée. Selon le ministère de la Santé palestinien, quatre personnes y sont mortes dans un bombardement. Sur Telegram, l'armée israélienne explique avoir "frappé une cellule terroriste" qui préparait "un engin explosif".