Guerre Israël-Hamas : Emmanuel Macron appelle Benyamin Nétanyahou à ne pas engager de "nouvelle opération" près de Khan Younès et Rafah

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Emmanuel Macron et le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, à Jérusalem, le 25 octobre 2023. (GPO/ HANDOUT / ANADOLU / AFP)
"Il a marqué son opposition", estimant que cela "ne ferait qu'aggraver un bilan humain et une situation humanitaire déjà catastrophique", a annoncé l'Elysée, mardi.

Ce qu'il faut savoir

Ce direct est désormais terminé.

Emmanuel Macron a exhorté, mardi 2 juillet, le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou à ne pas engager de "nouvelle opération" dans la bande de Gaza. "Il a marqué son opposition à toute nouvelle opération israélienne près de Khan Younès et de Rafah, qui ne ferait qu'aggraver un bilan humain et une situation humanitaire déjà catastrophique", a fait savoir l'Elysée. Quelque 250 000 personnes ont été concernées dans le sud de la bande de Gaza par le nouvel ordre d'évacuation émis lundi par Israël, affirme l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa).

Désormais 1,9 million de personnes déplacées à Gaza, selon l'ONU. Cela représente environ 80% des habitants de la bande de cette zone, selon la coordinatrice humanitaire des Nations unies pour le territoire. "Les civils palestiniens de Gaza sont plongés dans un abîme de souffrance. Leur vie est brisée. La guerre n'a pas uniquement créé la plus profondes des crises humanitaires. Elle a déclenché un maelstrom de misère humaine", a déclaré la coordinatrice humanitaire de l'ONU pour le territoire, Sigrid Kaag.

L'armée israélienne bombarde la ville de Khan YounèsDes centaines de Palestiniens sont contraints de fuir à nouveau la ville de Khan Younès dans la bande de Gaza, ciblée par des frappes israéliennes, a constaté un journaliste de l'AFP. Tsahal a ordonné lundi soir une nouvelle évacuation de secteurs des gouvernorats de Khan Younès et de Rafah, où des centaines de milliers de Palestiniens ont déjà dû fuir les combats il y a plusieurs semaines.  

Des tirs de roquettes revendiqués par le Jihad islamique. Le groupe armé palestinien allié du Hamas a affirmé lundi avoir tiré sur des localités israéliennes proches de Gaza. L'armée israélienne a annoncé que "20 projectiles" avaient été tirés de la région de Khan Younès.

Les opérations militaires se poursuivent dans un quartier de Gaza-ville. Selon l'armée de l'Etat hébreu, "une vingtaine de terroristes y ont été éliminés par des dizaines de frappes aériennes" et "de nombreux terroristes ont été éliminés lors de combats". Lundi, Tsahal a également annoncé la mort au combat d'un soldat dans le sud de Gaza, qui porte à 317 le nombre de militaires tués depuis le 27 octobre.

Le Live

L'actu en continu
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #ISRAEL_PALESTINE Lors de cet échange avec Benyamin Nétanyahou, le président français a également insisté sur "l'absolue nécessité de prévenir un embrasement" entre Israël et le Hezbollah au Liban. Cela "nuirait tant aux intérêts du Liban que d'Israël, et constituerait un développement particulièrement dangereux pour la stabilité régionale".
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #ISRAEL_PALESTINE Lors d'un entretien téléphonique aujourd'hui, Emmanuel Macron a exhorté le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou à ne pas engager de "nouvelle opération" près de Khan Younès et Rafah, dans la bande de Gaza. Cela "ne ferait qu'aggraver un bilan humain et une situation humanitaire déjà catastrophique", indique l'Elysée.
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #ISRAEL_PALESTINE Quelque 250 000 personnes sont concernées dans le sud de la bande de Gaza par le nouvel ordre d'évacuation émis hier par Israël, a affirmé l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa). "Nous avons vu des gens se déplacer, des familles se déplacer, des gens commencer à faire leurs bagages et à essayer de quitter cette zone", affirme Louise Wateridge, porte-parole de l'Unrwa. Suivez la situation dans notre direct dédié.
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #ISRAEL_PALESTINE La ville israélienne la plus proche du Liban, Haïfa, se prépare à faire face à la force de frappe du Hezbollah. Les zones frontalières sont, des deux côtés, vidées de leurs habitants et pour le moment, personne ne fait redescendre la pression. L’arsenal du mouvement islamiste basé au Liban est estimé à 150 000 roquettes et missiles, certains de moyenne portée, capables d’atteindre tout le territoire israélien.