REPLAY. Conflit israélo-palestinien : après l'instauration d'un cessez-le-feu, la chercheuse Leïla Seurat a répondu vos questions

Le Hamas et Israël ont approuvé un cessez-le-feu après 10 jours d'affrontements sanglants qui ont fait au moins 244 morts.

Un homme constate les dégâts dans son quartier de Beit Hanoun, à Gaza, après l\'entrée en vigueur du cessez-le-feu, le 21 mai 2021.
Un homme constate les dégâts dans son quartier de Beit Hanoun, à Gaza, après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, le 21 mai 2021. (HASSAN JEDI / ANADOLU AGENCY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Israël et le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, ont accepté un cessez-le-feu, jeudi, après dix jours de conflit sanglant. Ce nouvel embrasement du conflit israélo-palestinien a fait plus de 240 morts, dont une majorité de Palestiniens. Pour mieux comprendre la situation, Leïla Seurat, chercheuse associée à l’Observatoire des mondes arabes et musulmans de l'Université Libre de Bruxelles, et autrice du livre Le Hamas et le monde a répondu vendredi 21 mai à vos questions.

 Matinée calme à Gaza et en Israël après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu. Les Israéliens et les représentants du Hamas ont annoncé, jeudi 20 mai au soir, avoir approuvé un accord de cessez-le-feu visant à mettre fin aux hostilités. Dès le début d'application de la trêve des milliers de Palestiniens ont célébré dans les rues de Gaza la fin des bombardements israéliens.

L'Egypte est chargée de faire respecter le cessez-le-feu. Le pays va envoyer deux délégations à Tel-Aviv et dans les Territoires palestiniens pour veiller au respect de l'accord, ont indiqué des sources diplomatiques égyptiennes à l'AFP.

Joe Biden juge que le cessez-le-feu est "une vraie opportunité" de progresser vers la paix. Le président américain a également exprimé jeudi sa "sincère reconnaissance" à l'Egypte pour son rôle dans les négociations. Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, devrait par ailleurs se rendre au Moyen Orient "dans les prochains jours", a annoncé le département d'Etat.

Au moins 244 morts en 10 jours. Débutée le 10 mai, cette nouvelle flambée des violences entre Israéliens et Palestiniens, la plus meurtrière depuis 2014, a coûté la vie à au moins 232 Palestiniens, dont 65 enfants, selon le ministère de la Santé à Gaza. En Israël, les tirs de roquettes ont fait 12 morts, selon la police.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ISRAEL

21h25 : Le cessez-le-feu mis en place dans le conflit qui oppose Israël et le Hamas est un véritable soulagement pour les civils. Mais il reste fragile. France 2 revient sur les tensions qui persistent au Proche-Orient après 11 jours de violences meurtrières.



20h29 : Faisons un nouveau point sur l'actualité de ce début de soirée :

#COVID_19 La France va-t-elle réussir son déconfinement ? Pour l'instant, les Français sont prudemment optimistes : selon un sondage Odoxa/Backbone Consulting pour franceinfo et Le Figaro, six personnes sur dix (59%) pensent que tout se passera bien, contre 29% qui craignent que la levée des restrictions arrive trop vite. Suivez notre direct.

#COVID_19 Selon une étude du centre hospitalier universitaire de Strasbourg, après une infection au Sars-CoV-2, le risque d'être réinfecté est réduit de 97%. Il établit même à 13 mois la durée de vie des anticorps dans l'organisme. Que sait-on de cette immunité ? On vous dit tout ici.

De nouveaux heurts ont éclaté entre fidèles palestiniens et policiers israéliens, ce midi sur l'esplanade des Mosquées, dans la zone palestinienne occupée de Jérusalem-Est. Selon le Croissant-Rouge palestinien, 20 personnes ont été blessées, dont deux hospitalisées. Le calme est revenu en fin d'après-midi. Suivez notre direct.

Le Parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire pour "favoritisme" au sujet du contrat de maintenance de l'application StopCovid, a annoncé le PNF à France Télévisions, confirmant une information de l'AFP.

18h02 : 18 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité :

#COVID_19 La France va donner "au moins 30 millions de doses de différents vaccins" au programme Covax d'ici la fin de l'année, a annoncé Emmanuel Macron cet après-midi, lors d'un sommet du G20 sur la santé. Suivez notre direct.

#COVID_19 La vaccination réduit de 87% le risque de formes graves de Covid-19 chez les plus de 75 ans, une semaine après l'injection de la deuxième dose, d'après la première étude réalisée en France en vie réelle et rendue publique aujourd'hui.

De nouveaux heurts ont éclaté entre fidèles palestiniens et policiers israéliens, ce midi sur l'esplanade des Mosquées, dans la zone palestinienne occupée de Jérusalem-Est. Selon le Croissant-Rouge palestinien, 20 personnes ont été blessées, dont deux hospitalisées. Le calme est revenu en fin d'après-midi. Suivez notre direct.

Le Parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire pour "favoritisme" au sujet du contrat de maintenance de l'application StopCovid, a annoncé le PNF à France Télévisions, confirmant une information de l'AFP.

17h14 : Selon le Croissant-Rouge palestinien, 20 personnes ont été blessées lors de ces heurts sur l'esplanade des Mosquées, dont deux qui ont été hospitalisées. Le calme est revenu en fin d'après-midi.

16h42 : Nous vous en parlions en début d'après-midi : des heurts ont éclaté ce midi sur l'esplanade des Mosquées dans le quartier occupé de Jérusalem-Est. Ces affrontements ont démarré après la grande prière musulmane du vendredi, à laquelle ont participé de très nombreux Palestiniens. Des projectiles ont été lancés en direction des forces israéliennes, selon la police. Celle-ci a tiré des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc, a constaté l'AFP.

15h13 : Notre chat sur le conflit israélo-palestinien avec Leïla Seurat, chercheuse à l’Observatoire des mondes arabes et musulmans de l'Université Libre de Bruxelles et autrice du livre Le Hamas et le monde se termine. Merci à elle et à vous tous pour vos questions ! Vous pourrez retrouver l'ensemble de ses réponses ici.

15h18 : Bonjour @jepomat, je vous conseille le livre d'Alain Gresh qui est une très bonne synthèse des enjeux et sources du conflit israélo-palestinien, et qui s'intitule Israël-Palestine : Vérités sur un conflit. Sur le Jihad islamique, il y a un excellent livre, De la théologie à la libération ? Histoire du Jihad islamique, de Wissam Alhaj, Nicolas Dot-Pouillard et Eugénie Rébillard. Enfin, je vous recommande The Gaza Strip, de Sara Roy, sur la bande de Gaza.

15h18 : Bonjour. Merci de vos contributions, madame. Y a-t-il un livre en particulier que vous pourriez recommander sur les années et les raisons ayant conduit à 1948 et le début de la situation terrible de cette région depuis ?

15h18 : Bonjour @Coline, en effet, la solution à deux Etats semble relever d'une utopie compte tenu de l'avancement de la colonisation en Cisjordanie. Même dans les négociations entre Abbas et les Israéliens, on parle d'échanges de territoires dans les territoires israéliens contre les blocs de colonies autour de Jérusalem. Même les Palestiniens se sont résolus à accepter un échange de territoires contre les colonies.

Pour autant, la solution de l'Etat unique, longtemps préconisée par le Fatah et qui revient à l'ordre du jour depuis quelques années, peut également sembler problématique. Elle efface le projet national palestinien et risque de systématiser l'inégalité de traitement entre citoyens d'un même Etat.

15h03 : Bonjour, en l'état actuel des choses, la solution à deux Etats est-elle envisageable dans un futur plus ou moins proche, ou est-ce une utopie pour les Palestiniens ?

15h03 : Bonjour @Gus, si, évidemment. Il y avait un objectif court-termiste d'essayer de se repositionner dans le jeu politique, d'échapper à la formation d'un gouvernement de coalition et à la justice. En ce sens, cela s'inscrit dans une continuité avec les autres opérations que Benyamin Nétanyahou a choisi de mener contre Gaza, qui avaient toujours lieu dans un contexte électoral en Israël.

Mais il y a aussi une autre logique à mon sens : pousser le Hamas à rentrer dans un affrontement avec Israël était une tentative de diversion par rapport à ce qu'il se passait à Jérusalem, notamment la campagne de mobilisation en faveur des familles de Sheikh Jarrah. Il y a une tentative d'éluder les questions de droit pour imposer un narratif de lutte contre le "terrorisme islamiste".

14h59 : Quid des élections israéliennes ? Ce conflit n'était-il pas simplement un prétexte pour souder la population autour des principes du Likoud ?

14h46 : : Les leaders du Hamas apparaissent comme des leaders politiques plus importants que Mahmoud Abbas. Mohammed Deif, le chef de la branche armée du Hamas, est devenu une sorte de symbole national. Le Hamas s'impose de facto comme l'interlocuteur incontournable des Palestiniens. Mais il ne faut pas y voir une adhésion idéologique et partisane à ce mouvement. Il s'agit d'une adhésion à la lutte armée considérée comme une résistance, indépendamment d'une identification au Hamas. Il ne faut pas y voir une islamisation de la cause palestinienne.

14h45 : @L2B : La marginalisation de l'Autorité palestinienne de Ramallah remonte déjà à quelques années. On a vu à quel point le Fatah était divisé, fragilisé en interne. Aujourd'hui, le mouvement de Abbas est plus que jamais discrédité. Le projet de négociations et le choix du compromis à tout prix, de la collaboration sécuritaire avec Israël, a montré ses limites et même son échec retentissant.

14h57 : Pourquoi l'autorité palestinienne, en tant qu'acteur politique, n'a-t-elle eu aucune visibilité dans les récents affrontements ? Du moins en France.

14h57 : Bonjour , l'annulation des élections par le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a été très mal reçue par l'ensemble des Palestiniens, et les factions politiques palestiniennes ont dénoncé cette annulation. Ces élections constituaient un espoir de renouveau, alors que les derniers scrutins ont eu lieu en 2005-2006.

Le Hamas comptait sur ces élections, car elles étaient partie intégrante d'un consensus politique avec Mahmoud Abbas pour rentrer dans les structures de l'OLP (Organisation de libération de la Palestine). Cette annulation a privé le Hamas d'une entrée dans la structure organisationnelle de l'OLP, le représentant légitime de tous les Palestiniens. Il s'en remet donc à une légitimation par la lutte armée.

14h39 : Bonjour, les futures élections palestiniennes ont-elles joué un rôle dans le déclenchement des hostilités ? Et quand doivent-elles avoir lieu SVP ? Merci !

14h39 : @Joëlle : La rhétorique du Hamas et des factions armées à Gaza, d'inscription de la lutte armée palestinienne dans un cadre légal international, fait son chemin. Certes, il est toujours compliqué de parler de "victoire" pour les Palestiniens, mais le revers israélien politico-médiatique est une forme de victoire pour eux.

14h30 : Bonjour @Joelle, la fin des agressions israéliennes contre Gaza, en 2009, en 2012 ou en 2014, ont toujours été présentées par les acteurs politiques, Israël ou le Hamas, comme des victoires. Les Palestiniens crient victoire, dans la mesure où ils ont l'impression que l'utilisation de la lutte armée par le Hamas a mis en difficulté les Israéliens encore plus qu'en 2014, inscrite dans un contexte de soulèvement généralisé de tous les Palestiniens. Plus de 4 000 roquettes ont été lancées, au cœur des villes israéliennes. Il y a eu aussi l'impossibilité de l'armée israélienne de mener une action terrestre à Gaza.

14h36 : Bonjour. "Des Palestiniens crient victoire", pourquoi ? Quel sont les motifs de leur satisfaction ?

14h20 : @Paulo : Face à l'Europe divisée, les Etats-Unis, qui dominent en tant que médiateurs partisans depuis au moins les accords d'Oslo, se sont imposés comme les médiateurs incontournables de ce conflit. Ils sont aussi l'allié principal d'Israël, un allié économique, politique et stratégique. Ils ont été beaucoup plus partisans favorables à Israël que médiateur impartial depuis les accords d'Oslo. Le camp démocrate est lui-même divisé sur la question.

L'Egypte a quant à elle toujours été médiatrice : Gaza a une frontière avec le pays, ce conflit peut donc avoir des conséquences directes sur la scène politique égyptienne. L'Egypte cherche aussi à se présenter comme le médiateur incontournable, et à le rester face à des alternatives comme le Qatar ou d'autres pays.

14h21 : Pourquoi est-ce toujours les USA et l'Egypte qui jouent les intermédiaires entre Israël et la Palestine ?

14h14 : Bonjour , non, pas du tout. La France, on le sait depuis plusieurs années, n'a plus réellement son mot à dire sur ce conflit. L'Union européenne impose à la France une structure supranationale qui a marginalisé la voix de Paris. Même l'Europe a du mal à se positionner sur cette question tant elle est divisée. La France est donc fragilisée en tant que médiateur, et n'a plus tellement son mot à dire. Les déclarations d'Emmanuel Macron peinent à convaincre.

14h18 : Personne ne parle du rôle de la diplomatie française aux côtés des Egyptiens. La France n'a eu aucun rôle ou on évite d'en parler ?

14h09 : Bonjour @Barat, vous avez raison de poser cette question : depuis au moins 2009, les différentes opérations militaires israéliennes contre la bande de Gaza ont mené à des cessez-le-feu ou des trêves sans apporter de solution réelle politique. Dans le cadre de ce cessez-le-feu, il n'y a pas eu de conditions, les Israéliens étaient pressés par l'administration américaine de le proposer. Il devra d'abord conduire à une trêve, puis à une solution politique de long terme qui implique la levée du blocus.

15h17 : Est-ce que ce cessez-le-feu pourra durer si le blocus de Gaza, en place depuis 2006, n'est pas levé ? Merci.

14h11 : Nous accueillons désormais dans ce live Leïla Seurat, chercheuse associée à l'Observatoire des mondes arabes et musulmans de l'Université libre de Bruxelles et autrice du livre Le Hamas et le monde, pour répondre à vos questions sur la situation au Proche-Orient. Vous pouvez bien sûr continuer de nous poser vos questions pendant ce chat, qui durera environ une heure. C'est parti !

14h02 : 14 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité de ce vendredi 21 mai :

De nouveaux heurts ont éclaté entre fidèles palestiniens et policiers israéliens ce midi sur l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem-Est, zone palestinienne occupée par Israël, quelques heures seulement après l'annonce d'un cessez-le-feu. Suivez notre direct.

Le Pass culture va être généralisé pour tous les jeunes de 18 ans, a annoncé ce matin Emmanuel Macron. D'un montant de 300 euros, il pourra par exemple être dépensé "en livres, films, musique, spectacles, expositions, concerts", a déclaré le président de la République. Voici ce qu'il faut savoir de cette offre.

Emmanuel Macron souhaite créer un statut de "mort pour le service de la République" pour "les agents publics décédés dans des circonstances exceptionnelles". Le chef de l'Etat dit vouloir aussi que leurs enfants soient considérés comme pupilles de la nation.


"Il y aura la possibilité d'avoir des fan zones pendant l'Euro", mais leur accès sera "probablement" conditionné à la présentation d'un pass sanitaire, a déclaré la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, sur franceinfo. Suivez notre direct.