Cet article date de plus de cinq ans.

Cinq Israéliens agressés au couteau par des Palestiniens

L'un des assaillants a été tué. Deux des personnes attaquées, dont une femme de 80 ans, sont dans un état grave.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme blessée au couteau par un Palestinien est prise en charge par les secours à Rishon Lezion, une banlieue de Tel-Aviv, le 2 novembre 2015. (REUTERS)

Les attaques au couteau ne connaissent pas de trêve au Proche-Orient. Des Palestiniens ont blessé un soldat israélien en Cisjordanie et quatre civils près de Tel-Aviv, lundi 2 novembre, selon les autorités israéliennes.

En Cisjordanie, une patrouille s'est approchée dans la matinée de deux Palestiniens dans une station-service proche d'un point de contrôle entre Israël et le territoire occupé, lorsque l'un des Palestiniens, âgé de 16 ans, s'en est pris à un militaire avant d'être mortellement blessé par balles. L'autre Palestinien a été arrêté, précise l'armée israélienne.

67 Palestiniens abattus depuis début octobre

Plus tard, un Palestinien de 19 ans originaire de la ville d'Hébron, en Cisjordanie, a poignardé trois personnes à Rishon Lezion, une banlieue de Tel-Aviv, avant d'être maîtrisé et arrêté. Deux des personnes attaquées, dont une femme de 80 ans, sont dans un état grave. La troisième n'a été que légèrement blessée.

A Netanya, au nord de Tel-Aviv, un autre Palestinien de Cisjordanie, âgé d'une vingtaine d'années, a gravement blessé à coups de couteau un homme de 70 ans. L'agresseur a été blessé par balle et arrêté. 

Au moins 67 Palestiniens ont été abattus par les forces israéliennes depuis le 1er octobre, point de départ d'une vague de violences en Israël et dans les territoires palestiniens. Quarante d'entre eux sont morts lors d'agressions ou de tentatives d'agression, le plus souvent à l'arme blanche, contre des Israéliens. Les autres ont péri lors de manifestations. Onze Israéliens ont été tués lors de ces agressions.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.