Cet article date de plus de neuf ans.

Israël : le Premier ministre forme un gouvernement d'union et évite les élections

Benyamin Netanyahu a négocié un accord avec le chef du parti centriste pendant la nuit, ce qui lui permet d'éviter des élections législatives anticipées. Shaul Mofaz va ainsi devenir vice-Premier ministre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre Benyamin Netanyahu dans son bureau, à Jérusalem (Israël), le 7 mai 2012. (GALI TIBBON / AFP)

A la surprise générale, Shaul Mofaz, le chef du parti centriste Kadima, a rallié dans la nuit de lundi à mardi 8 mai la coalition gouvernementale du Premier ministre Benyamin Netanyahu. Ce dernier, a, du coup, renoncé à des élections législatives anticipées. 

En vertu de cet accord, Shaul Mofaz doit devenir vice-Premier ministre et ministre sans portefeuille du nouveau cabinet en gestation. Des membres du Kadima vont disposer de postes importants, notamment à la commission parlementaire des Affaires étrangères et de la Défense et à celle des Affaires économiques.

Vers une prestation de serment jeudi

L'accord d'union nationale doit être déposé mardi sur le bureau de la Knesset pour approbation. Il permettra à Benyamin Netanyahu de s'appuyer sur une étonnante assise de 94 députés, sur un total de 120. Shaul Mofaz pourrait faire sa prestation de serment dès jeudi lors d'une séance extraordinaire de la Knesset, selon la radio. Il s'est engagé à demeurer au sein de la coalition jusqu'à octobre 2013, date à laquelle la législature s'achève normalement.

L'accord prévoit notamment une relance du processus de paix avec les Palestiniens et assure le vote du budget de l'Etat pour le prochain exercice fiscal. Il prévoit aussi qu'un nouveau texte plus égalitaire remplace d'ici l'été la loi Tal, qui permet aux juifs religieux orthodoxes d'être exemptés du service militaire. Shaul Mofaz, ancien général, militait pour un changement de cette loi à laquelle sont opposés les partis laïques. Les autres détails de cet accord doivent encore être finalisés. 

Ce coup de théâtre a pris l'opposition de gauche par surprise. La nouvelle dirigeante travailliste Shelly Yachimovich a fustigé "un pacte de lâches". Sa collègue du parti Meretz (gauche), Zehava Galona, a dénoncé "une basse manœuvre politique".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.