Mort du général Qassem Soleimani : la France appelle ses ressortissants à la prudence en Iran

Téhéran a promis de venger la mort de l'un de ses plus hauts dignitaires, tué dans un raid américain en Irak.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La cathédrale arménienne Saint Sarkis, à côté d'un bâtiment sur lequel se trouve un portrait de l'ayatollah Ruhollah Khomeini, le 1er janvier 2020 à Téhéran (Iran). (ATTA KENARE / AFP)

L'ambassade de France en Iran a recommandé vendredi 3 janvier à ses ressortissants de se tenir à l'écart de tout rassemblement et les a appelés à la prudence après la mort du général iranien Qassem Soleimani, tué par une frappe américaine en Irak. Téhéran a promis de venger la mort de l'un de ses plus hauts dignitaires, qui se trouvait depuis la fin des années 1990 à la tête de la Force Qods des Gardiens de la révolution, une unité d'élite chargée des opérations extérieures de la République islamique d'Iran.

>> Suivez la situation au Moyen-Orient en direct après la mort du général Qassem Soleimani

"Trois jours de deuil ont été déclarés après la mort du général Soleimani", peut-on lire sur le compte Twitter de l'ambassade. "Dans ce contexte, il est recommandé aux Français de se tenir à l'écart de tout rassemblement, d'adopter un comportement prudent et discret, et de s'abstenir de prendre des photographies dans l'espace public."

Les Américains appelés à quitter l'Irak "immédiatement"

L'ambassade des Etats-Unis en Irak, attaquée mardi par des manifestants proiraniens, a de son côté appelé les ressortissants américains à quitter "immédiatement" le pays après l'opération militaire décidée par Donald Trump. Elle appelle les Américains en Irak à partir "par avion tant que cela est possible", alors que le raid a eu lieu dans l'enceinte même de l'aéroport de Bagdad, "sinon vers d'autres pays par voie terrestre". Les principaux postes-frontières de l'Irak mènent vers l'Iran et la Syrie en guerre, alors que d'autres points de passage existent vers l'Arabie saoudite et la Turquie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.