Irak : les femmes rejoignent les hommes pour réclamer la fin du régime

Malgré le lancement des consultations pour former le nouveau gouvernement, les manifestations ne s'arrêtent pas. Depuis deux mois, elles ont fait des centaines de morts. Les Irakiens s'attaquent au système et au parrain iranien.

FRANCEINFO

Les femmes de Bassora, grande ville chiite du sud de l'Irak, ont rejoint lundi 2 décembre pour la première fois les rangs des manifestants. Elles sont venues par centaines demander un changement de régime qui n'a toujours pas eu lieu et elles condamnent la violence des autorités. "Nous voulons montrer au monde que la femme irakienne est en colère", explique l'une d'elles.

Plus de 420 morts

Dimanche, le Parlement a accepté la démission du gouvernement, mais aucun successeur au Premier ministre n'a été désigné. Il reste donc à son poste pour gérer les affaires courantes. Aux abords de la place Tahrir à Bagdad, les barricades sont toujours en place. Les contestataires réclament davantage qu'une simple démission. Ils veulent la fin d'un régime qu'ils ne supportent plus. Un Irakien sur cinq vit sous le seuil de pauvreté. Après deux mois de répression, plus de 420 morts et des milliers de blessés, la colère gagne désormais le sud du pays.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants lors de violences avec des forces de sécurité, en Irak, à Bagdad, jeudi 28 novembre 2019. 
Des manifestants lors de violences avec des forces de sécurité, en Irak, à Bagdad, jeudi 28 novembre 2019.  (AHMAD AL-RUBAYE / AFP)