Irak : l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad visée par des tirs de roquettes

Au moins deux roquettes sont tombées dans la Zone verte, secteur de la capitale irakienne qui abrite des institutions étatiques et des représentations diplomatiques.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Vue d'ensemble de la "Green Zone", quartier ultrasécurisé de Bagdad (Irak) où se situe notamment l'ambassade américaine. (SERGEY MAMONTOV / SPUTNIK / AFP)

Il s'agit de la troisième attaque contre des intérêts occidentaux en Irak en une semaine. Des roquettes ont été tirées, lundi 22 février, en direction de l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad mais sont tombées à proximité, ont indiqué des sources de sécurité. Au moins deux roquettes sont tombées dans la Zone verte, qui abrite des institutions étatiques et des représentations diplomatiques, selon un communiqué des services de sécurité irakiens. Au moins une roquette a par ailleurs touché le siège de la Sécurité nationale irakienne, situé à proximité de la mission diplomatique américaine, endommageant plusieurs voitures.

La coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, qui aide l'Irak à combattre le groupe jihadiste Etat islamique (EI), est déployée sur une base proche de l'ambassade américaine. "Il n'y a eu ni victime ni dégât" sur la base, a indiqué un porte-parole de la coalition.

D'autres roquettes se sont écrasées dans les zones résidentielles situées autour de la Zone verte, un quartier ultrasécurisé. Un parking a été endommagé, a indiqué un témoin à l'AFP. Les tirs de roquettes n'ont pas été revendiqués dans l'immédiat mais l'armée irakienne a indiqué avoir localisé le site de leur lancement dans un quartier du nord de Bagdad.

Washington accuse l'Iran

Des attaques contre les intérêts occidentaux, et particulièrement américains, ont régulièrement lieu depuis fin 2019 en Irak. Des responsables américains et irakiens accusent des groupes pro-Iran d'en être responsable. Quelques heures après les tirs, le département d'Etat a déclaré que les Etats-Unis tiendraient "l'Iran pour responsable des actions de ses affidés qui attaquent des Américains" en Irak.

Samedi, des roquettes avaient visé la base aérienne de Balad, au nord de Bagdad, où les forces irakiennes stockent des avions F-16, blessant au moins un employé irakien d'une entreprise américaine en charge de la maintenance des appareils, selon des sources de sécurité.

Le 15 février, une salve de roquettes a frappé une base militaire accueillant des troupes étrangères dans l'aéroport d'Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan dans le nord de l'Irak. Un entrepreneur civil étranger travaillant avec la coalition antijihadistes a été tué et neuf personnes ont été blessées. D'autres roquettes ont frappé le même jour tout le nord-ouest de la ville d'Erbil, y compris des quartiers résidentiels, où elles ont blessé cinq civils, dont l'un a succombé lundi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.