Irak : des roquettes visent l'ambassade des Etats-Unis, une fillette tuée

Mettant fin à plus d'un mois de trêve, ces tirs sont intervenus au moment où les Etats-Unis annonçaient une réduction de leur présence dans le pays.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un bâtiment de l'ambassade américaine en Irak, à Bagdad, le 14 décembre 2011. (LUCAS JACKSON / REUTERS)

Sept roquettes ont visé l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad (Irak), sans l'atteindre, mardi 17 novembre. Quatre des projectiles se sont abattus dans la Zone verte où se trouve cette chancellerie, tandis que trois autres sont tombées dans des quartiers de Bagdad, tuant une fillette et blessant cinq civils, a précisé l'armée américaine.

Un journaliste de l'AFP sur place a constaté l'entrée en action d'un système de défense antiroquettes américain, le C-RAM, qui n'est déclenché que lorsque les tirs menacent directement le complexe de l'ambassade. La coalition internationale emmenée par les Etats-Unis a refusé de le commenter.

La fin d'une courte trêve

Cette attaque a eu lieu au moment même où le nouveau ministre américain de la Défense par intérim, Christopher Miller, annonçait que les Etats-Unis allaient retirer 500 de leurs soldats en Irak pour n'en laisser que 2 500 dans le pays. Deux heures avant les tirs, le Premier ministre irakien, Moustafa al-Kazimi, et le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, s'étaient entretenus au téléphone.

Mi-octobre, les factions pro-Iran en Irak avaient annoncé qu'elles n'attaqueraient plus l'ambassade américaine à condition que Washington annonce le retrait de toutes ses troupes d'ici la fin de l'année. Cette attaque rompt donc une trêve de plus d'un mois.

De son côté, Mike Pompeo avait menacé de rappeler l'ensemble de ses soldats et de ses diplomates au pays si les tirs de roquette ne cessaient pas. Washington accuse le Hezbollah pro-Iran d'être responsable de l'essentiel des près de 90 attaques qui ont visé, en un an, l'ambassade, les bases irakiennes abritant des soldats américains et des convois logistiques de sous-traitants irakiens travaillant pour l'armée américaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.