Cet article date de plus de dix ans.

Des manifestations organisées par l'opposition contre le régime du président Saleh ont eu lieu dimanche à Sanaa

Malgré le déploiement massif des forces gouvernementales, l'opposition yéménite entend accélérer la chute du président Ali Abdallah Saleh, absent du pays depuis quatre mois.Plusieurs centaines de milliers de manifestants se sont rassemblés Place de l'Université, rebaptisée Place du Changement par les contestataires
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Manifestation de milliers de yéménites anti-gouvernementaux contre le régime de Sanaa, le 2 Septembre 2011 (AFP PHOTO / GAMAL NOMAN)

Malgré le déploiement massif des forces gouvernementales, l'opposition yéménite entend accélérer la chute du président Ali Abdallah Saleh, absent du pays depuis quatre mois.

Plusieurs centaines de milliers de manifestants se sont rassemblés Place de l'Université, rebaptisée Place du Changement par les contestataires

Les manifestants ont défilé dans des rues proches de la place pour rester sous la protection de la Première division blindée qui a fait défection et éviter des frottements avec les forces de sécurité loyales au président Saleh.

La capitale Sanaa est privée d'électricité depuis samedi après-midi, et la plupart des stations-services ont été subitement fermées.

En dehors de Sanaa, la tension était vive dans d'autres provinces du Yémen, en particulier dans le Sud, et à Taëz, deuxième plus grande ville du Yémen et un des foyers actifs du mouvement de contestation de M. Saleh, en convalescence en Arabie saoudite où il était hospitalisé après avoir été blessé dans une attaque à Sanaa le 3 juin.

Les protestations populaires vont se poursuivre "jusqu'à la fin du régime", a déclaré Houria Machhour, porte-parole du Conseil national des forces de la révolution, créé en août pour coordonner la contestation lancée en janvier.

La porte-parole a prévenu que les militaires dissidents, qui ont rallié en mars le mouvement de contestation sous la conduite du général Ali Mohsen al-Ahmar, étaient "en état d'alerte pour
défendre les manifestants" en cas d'attaque.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.