Cet article date de plus de huit ans.

Attentat à Tripoli : le président libyen admet des "failles de sécurité"

Les autorités libyennes assurent que l'enquête sur l'attaque de l'ambassade de France "progresse".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ambassade de France à Tripoli (Libye), après un attentat à la voiture piégée, le 23 avril 2013. (ISMAIL ZETOUNI / REUTERS)

Le président libyen par intérim a reconnu, jeudi 25 avril, des "failles de sécurité" autour de l'ambassade de France à Tripoli, victime d'un attentat mardi. "Il est clair qu'il y avait des failles de sécurité. Personne ne peut le nier", a déclaré Mohamed al-Megaryef, qui visitait le site de l'explosion, dans laquelle deux gendarmes français ont été blessés. "Tous ceux qui sont chargés de la sécurité [en Libye] portent une part de responsabilité."

Les autorités ont par ailleurs fait état d'une "progression dans l'enquête" sur cette attaque qui a provoqué d'importants dégâts matériels. Des médias libyens ont évoqué de deux à quatre arrestations, sans toutefois citer de sources. Interrogé à ce sujet, le président n'a pas été en mesure de fournir de détail. Antoine Sivan, l'ambassadeur de France en Libye s'est borné de son côté à déclarer que "l'enquête avance".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.