Cet article date de plus de neuf ans.

6ème jour de contestation en Égypte

Des milliers de personnes se sont de nouveau rassemblés dans le centre du Caire pour réclamer la démission du président Moubarak. Ces manifestations ont parfois dégénéré en émeutes avec les policiers et ont entraîné la mort d'au moins 100 personnes en 6 jours. Des milliers de prisonniers en auraient profité pour s'enfuir de plusieurs prisons du pays. les Égyptiens attendent toujours la nomination d'un nouveau gouvernement.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Radio France © AFP / MOHAMMED ABED)

Le point à 13h sur les évènements de cette sixième journée de contestation.

  • Nouvelles manifestations au Caire

    Des milliers de manifestants se rassemblent à nouveau dans le centre du Caire pour réclamer le départ du président égyptien Hosni Moubarak et contester sa décision de nommer un vice-président. Quelques centaines de personnes ont même passé la nuit sur la place Tahrir, dans le centre de la capitale. Un hélicoptère les survolait ce matin.

    L’armée s’est déployée avec des chars d’assaut pour empêcher les accès au ministère de l’intérieur, pris pour cible par les manifestants hier soir.

  • Se protéger des pillards

    Les Egyptiens contrôlent eux-mêmes la circulation et se sont regroupés en comités de quartier armés pour se défendre des pillards.

  • La fuite de milliers de prisonniers

    L’information est donnée par les services de sécurité égyptien. Des prisonniers se seraient échappés de plusieurs prisons du pays.
    prison d'Abou Zaabal. Des coups de feu auraient été tirés au cours de l’évasion des prisonniers. Et des dizaines de corps gisaient ce matin sur la chaussée devant le bâtiment.
    Dans le nord de la capitale, dans la prison de Wadi Natroun, des détenus se sont emparés des armes des gardiens de l'établissement et se sont enfuis. Parmi eux figureraient 34 membres des Frères musulmans, la première
    force d'opposition, dont 7 dirigeants du bureau politique de ce mouvement. Ils avaient été arrêtés jeudi. Ils seraient donc libres, selon leur avocat.

  • Bilan humain

    Selon des sources de sécurité et médicales égyptiennes, au moins 33 personnes ont été tuées hier. Les manifestations contre le régime ont tourné en de nombreux endroits à l'émeute et dégénéré en de violents affrontements entre police et manifestants.
    _ Au total, 102 personnes sont mortes depuis le
    début des évènements il y a 6 jours. Il y aurait également 2 000 blessés.

  • Al Jazira interdite

    Les autorités égyptiennes ont décidé ce matin de fermer le bureau d’Al Jazira au Caire. Un moyen selon la chaine de télévision arabe de censurer et faire taire les voix du peuple égyptien".

  • La Bourse du Caire fermée lundi

    Déjà fermée aujourd’hui, la Bourse ne rouvrira pas demain, selon un responsable de la Bourse. Le principal indice a chuté de 16% en deux jours après le début du mouvement de contestation mardi.

    Le pays est partiellement paralysé avec de nombreux
    distributeurs de billets vides et les banques fermées. Les examens dans les universités et les écoles ont par ailleurs été reportés jusqu'à nouvel ordre.

  • L’attente d’un nouveau gouvernement

    Au lendemain de la nomination par Hosni Moubarak d'un nouveau Premier ministre, Ahmad Chafic, et d'un vice-président, pour la première fois depuis son
    arrivée au pouvoir il y a 30 ans, Omar Souleimane, un proche du président, la composition d’un nouveau cabinet doit être prochainement annoncée. Parmi les nominations les plus attendues, figure notamment celle pour le
    portefeuille de l'Intérieur, la police sous le ministre sortant Habib el-Adly -en poste depuis 1998-, étant accusé de tortures et d'abus.

    Ce midi, le président égyptien Hosni Moubarak, s'est rendu
    au siège de l'armée égyptienne et a rencontré la hiérarchie
    militaire, selon la télévision publique, qui a diffusé des
    images montrant le chef de l'Etat présider une réunion.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.