Le prix Nobel de chimie est attribué à la Française Emmanuelle Charpentier et à l'Américaine Jennifer Doudna, récompensées pour leurs "ciseaux génétiques"

Les deux femmes ont découvert l'un des outils les plus pointus de la technologie génétique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une illustration représentant l'ADN endommagé par des rayons UV. (CHRISTOPH BURGSTEDT/SCIENCE PHOTO LIBRARY / AFP)

Le prix Nobel de chimie a été attribué, mercredi 7 octobre, à la Française Emmanuelle Charpentier et à l'Américaine Jennifer Doudna. Les deux femmes ont découvert l'un des outils les plus pointus de la technologie génétique, les "ciseaux génétiques" Crispr-Cas9. Grâce à lui, les chercheurs peuvent modifier l'ADN des animaux, des plantes et des micro-organismes avec une précision extrême, détaille le comité Nobel. Cette technologie contribue à de nouvelles thérapies contre le cancer et peut réaliser le rêve de guérir des maladies héréditaires.

Pour leurs recherches, les scientifiques doivent modifier les gènes des cellules s'ils veulent comprendre leur fonctionnement. Ce travail était autrefois long, difficile et parfois impossible. Grâce aux "ciseaux génétiques" Crispr-Cas9, il est désormais possible de changer le code de la vie en quelques semaines. Le coût est également moindre. "La manipulation revient au total à quelques milliers d’euros, alors que certaines souris mutantes valent parfois jusqu’à 50 000 euros", indiquait le CNRS en 2016.

Plusieurs réserves ont malgré tout été émises concernant un possible détournement de leurs travaux dès 2015 par un membre du conseil national consultatif pour la biosécurité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.