Cet article date de plus de dix ans.

Près de 500 insurgés, surtout des talibans, se sont évadés dans la nuit de la prison de Kandahar par un tunnel

Les talibans ont revendiqué l'organisation de l'évasion dans la grand ville du sud du pays. Ils ont affirmé avoir mis 5 mois à creuser un tunnel long de 320 m.Cette évasion est un "désastre" qui "n'aurait pas dû se produire", a estimé lundi le porte-parole du président afghan Hamid Karzaï.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Vue générale de la prison de Kandahar (AFP - STR)

Les talibans ont revendiqué l'organisation de l'évasion dans la grand ville du sud du pays. Ils ont affirmé avoir mis 5 mois à creuser un tunnel long de 320 m.

Cette évasion est un "désastre" qui "n'aurait pas dû se produire", a estimé lundi le porte-parole du président afghan Hamid Karzaï.

La prison, censée être l'une des plus sûres du pays et située en périphérie de la ville, abrite à la fois des "détenus politiques" (talibans), selon les autorités locales, et des prisonniers de droit commun.

Cette spectaculaire évasion est un sérieux revers pour les forces américaines qui espèrent entamer leur retrait d'Afghanistan dans les mois à venir et confier la responsabilité de la sécurité du pays aux seules forces afghanes. Le programme de transfert doit débuter dans un nombre restreint de secteurs et s'achever fin 2014 pour l'ensemble du pays .

"C'est un revers majeur pour les forces afghanes et internationales qui ont revendiqué récemment des succès contre les talibans", estime un observateur basé à Kaboul et cité par Reuters. Selon Waheed Mujdha, cette opération n'aurait pu avoir lieu sans l'aide de plusieurs gardiens agissant pour des raisons financières ou idéologiques.

La prison de Kandahar avait déjà été le théâtre d'une spectaculaire évasion le 13 juin 2008. Un commando de talibans l'avait prise d'assaut, et près d'un millier de prisonniers, dont une moitié de talibans, avaient pris la fuite. Dans un rapport publié en novembre, le centre d'étude ICG (International Crisis Group) estimait que l'insalubrité et la surpopulation des prisons en faisaient "un terreau fertile pour l'insurrection".

Kandahar est le berceau de l'ancien régime des talibans (1996-2001), chassés du pouvoir par une coalition internationale à la fin 2001, et qui mènent depuis une sanglante insurrection contre le fragile gouvernement de Kaboul et l'OTAN.

Le 15 avril, le chef de la police provinciale avait été tué dans un attentat suicide perpétré à l'intéreur du quartier général de la police de la ville, en principe très sécurisé. Les talibans ont mené récemment plusieurs audacieuses attaques contre des cibles très sensibles et très protégées, menées par des hommes en uniforme. Ces opérations laissent craindre une infiltration croissante des forces afghanes par les insurgés, qui ont gagné du terrain ces dernières années.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.